Facebook
Twitter
Me suivre par courriel
Google+
http://arcturius.org/alchimiser-les-corps/
RSS

 L’ équilibre de la nature suggère une communication, une communion et une juste répartition des matières pour que soit procédé l’harmonie. Le chaos suggère une claire et limpide voie qui ajuste au fur et à mesure la circulation des informations subtiles. Lorsqu’une onde vivante s’exécute elle se doit de connaître son environnement. L’énergie se déplace dans une trame qui pré-établis une correspondance. La trame sait et voit ce qui est échangé dans les ponts de transmission. Lorsque ceux-ci servent la manifestation de l’harmonie, ils deviennent des gardiens veillant à la juste propension a laissé circuler ce qu’il y a de meilleur à établir. Lorsque les corps se rencontrent ils sont de nature à s’harmoniser à l’environnement. Ainsi, chacun porte en lui le même germe que son voisin, c’est aussi ce qui fait que plus nous passons de temps avec une autre entité plus nous reconnaissons les atomes crochus et ce qui fait que nous sentons des différences. Une onde qui œuvre à harmoniser les corps et apprend a laissé circuler le fleuve vivant se voit doté de la particularité de l’ouverture à la fonction absolue.

   L’éveil à la source de vie accède en même temps aux lois du cosmos, aux bibliothèques de la structure familial de l’onde d’énergie et aux procédés d’échanges entre ces parties. L’enseignement de la nature nous révèle ce par quoi la conscience procède pour s’établir, c’est en ce sens que l’initiation de l’art d’y ressentir son fleuve nous traverser devient nécessaire d’y participer. Pour cela, la Sangha, les rassemblements et les modes de vies autonomes favorisent l’émergence de la profonde nature de l’être humain. C’est en ce sens que des divinités sont venus visiter les êtres vivants depuis tout temps car nous nous inscrivons dans une œuvre dont l’artiste semble bien présent et occupé à la tâche. Pour nous rétablir dans la droiture qu’ incarne la nature humaine dans son essence, nos ancêtres nous ont tracés des voies ésotériques, mystiques et solennelles pour qu’ à la fois la compréhension de la nature humaine se révèle et soit le bâton sur lequel s’appuie l’appelé(e) dans les premiers instants de dépouillement. Lorsqu’une étape est en train d’être franchie par l’âme pour que le mental se dépouille par le procédé de la purification, la communauté silencieuse et lumineuse communique les messages subtils en insufflant la présence dans les parts des règnes inférieurs. Chaque guérisseur se retrouve à procéder aux nettoyages collectifs car la consistance, de ce qui est édifié dans cette porte de la nature dans laquelle nous vivons, amène à épurer davantage les ondes souhaitant se recalibrer aux flux ascensionnels. Chaque âmes qui tend à se relier devient une force spirituelle directement reliée à la création. C’est en ce sens que les artistes peuvent appréhender cette inspiration mystérieuse, c’est par cette communion que s’illumine le cœur du méditant, quand l’âme devient visible, le reflet de la création devient l’illusion à transcender. Pour vibrer son souffle il n’est pas tant important de s’y résoudre comme à un exercice qui nous rémunère, la manifestation de la force vitale de la nature nous montre toute la gamme grandiose que le reflet de la création perpétue pour nous montrer sa présence, la présence est l’implication qu’elle en extraie dans toutes les règnes et tous les cieux. Chaque fois que nous nous sentons poussé par l’inspiration, nous retrouvons le voile intime qui nous incombe d’honorer car il est ce qui nous enracine dans l’œuvre du courant divin.

   Il est fait qu’au centre de l’homme se trouve une des parcelles de la partition d’illumination, en chacun se trouve la formule d’équation de la volonté supérieure, lorsqu’un alignement né de la reliance s’ancre dans cette matière c’est le fleuve qui imprime le renouveau et la clémence des éléments divins. Nous ne pourrions ressentir la connexion profonde avec la nature si nous ne découvrions pas l’importance que tient la part de joie à découvrir ce qui par essence vient faire que nous nous sentons poussés à répondre à des besoins. Une des réussites de la technologie de l’évolution et que nous savons que nous transcenderons ce corps pour retrouver la marche supérieure vers les états éthérés. Certains naviguent dans les courants et dans les temples de ces dimensions imbriquées, ces réalités se présentent pour l’âme qui retire le voile de son regard intérieur. Lors de la traversée, des mémoires inconscientes de la nature divine se révèle au mental, le procédé de purification vient renouveler l’esprit qui devient à présent plus sensible aussi à ce que l’involution manifeste sa co-création. La volonté renouvelée par la source pure devient, même si elle n’est pas comprise dans l’instant, un rafraîchissement considéré par les forces les plus sublimes, celui qui participe aux guérisons des ponts de dimensions ou qui œuvrent à s’inspirer de leur but, produis dans les espaces plus denses des fruits d’une clarté angélique. La présence des êtres éthériques et élémentals prouvent que nous sommes une magie qui a été éprouvée durant des éons pour que puisse commencer à rayonner la conscience du cosmos dans les réalités les plus matérielles de la vie.

   La nature si nous apprenons à nous y relier commence à nous renouveler suivant une alchimie primordiale dans tous nos corps de perceptions et d’interaction. Le noyau au centre de l’être humain est une fleur à épanouir dans un espace le plus épuré, consacré à la descente de l’esprit saint, seul l’éclat d’une connexion transcendant la matière peut venir montrer à l’esprit de raison que la connaissance peut être élargie à tout ce qui est. Il est ainsi possible de découvrir par l’entrée dans le temple de la magie de la nature ce que la réalité humaine tend à détourner et voiler. La nature nous montre ce que l’être humain est censé accomplir ainsi que comment rester la nature autonome est reliée. Pour ne pas perdre le fil de cette reliance, nous avons été affranchis de nos actions, cet élan dans l’humanité est un pont pour venir guérir ce que l’âme perçois. L’humain appréhendant sa nature supérieure devient Un, sa main est guidée par l’action de son jugement, de ce qu’il va percevoir de stable et de désordonné, la nature qui s’insuffle dans la sève de son esprit est une source de vie pour qui sait laissé vivre toute la beauté intérieure. Seul un esprit épuré peut devenir le réceptacle d’une Parole Juste et Inspirée par la Grâce divine.

   En rencontrant les portes des initiations que la nature emploie pour trier et alchimiser les matières, nous nous inscrivons dans ce que la plus profonde volonté de l’individu souhaite rayonner. Il est ainsi très simple de retrouver à la fois le sens et l’essence de ce pourquoi nous existons et aussi affermir les pensées qui ont densifiés les ancrages inconscients

Par la pureté de la nature je suis ce qui devient la vie sans formes. 

Source: https://www.maximedossantos.fr/


Texte partagé par les Chroniques d'Arcturius- Au service de la Nouvelle Terre

---------------------------
Vous pouvez reproduire ce texte et en donner copie aux conditions suivantes :
qu'il ne soit pas coupé
qu'il n'y ait aucune modification de contenu
que vous fassiez référence au site Source

Merci de visiter les sites qui nous soutiennent !


Facebook
Twitter
Me suivre par courriel
Google+
http://arcturius.org/alchimiser-les-corps/
RSS