Facebook
Twitter
Me suivre par courriel
Google+
http://arcturius.org/de-ladn-inconnu-dans-certaines-populations-africaines/
RSS

En observant des gènes « fantômes » dans certaines populations d’Afrique de l’Ouest, des chercheurs de l’Université de Californie à Los Angeles ont ajouté au débat sur les rencontres entre nos ancêtres Homo sapiens et d’autres espèces archaïques et disparues, telles l’homme de Néandertal.

On sait maintenant depuis quelques années que les humains non africains ont des traces dans leur ADN de leurs cousins Néandertaliens ou Dénisoviens, croisés au hasard des migrations hors d’Afrique. Or, certains Homo sapiens n’ont jamais quitté leur continent natal. Et plusieurs études réalisées suite au 1000 Genomes Project montrent la persistance, dans les gènes de leurs descendants d’aujourd’hui, d’un ADN archaïque, qualifié de « fantôme » car provenant d’une ou plusieurs espèces Homo non encore répertoriées.

Une étude réalisée par des chercheurs de l’Université d’État de New York à Buffalo et publiée en juillet 2017 s’était intéressée aux populations d’Afrique subsaharienne. Elle avait conclu que leurs ancêtres ont croisé une espèce humaine inconnue il y a 150 000 ans. Même résultat pour la nouvelle étude de ces chercheurs de Californie, qui s’est focalisée sur les Yorubas, un groupe ethnique d’Afrique de l’Ouest présent principalement au Nigéria.

Les chercheurs ont émis des hypothèses sur cet ou ces ancêtres inconnus. L’homme de Néandertal et celui de Denisova ont été sortis de l’équation, puisqu’ils avaient quitté l’Afrique. D’autres Homo ont été envisagés mais aucune piste se semble satisfaire les chercheurs.

Quoi qu’il en soit, ces recherches montrent que les populations humaines actuelles ne descendent pas d’un groupe unique, mais sont le fruit de multiples croisements avec des espèces Homo aujourd’hui disparues. Ces réminiscences qualifiées d’archaïques sont potentiellement la source de certaines de nos aptitudes ou résistances, comme l’écrivait Chris Stringer, chercheur au Muséum d’histoire naturelle de Londres, dans un article paru dans Nature en mai 2012. Prévenant toute tentation de classer les humains selon le degré de « modernité » ou « d’archaïsme » de leurs gènes, il rappelait que la « grande majorité de nos gènes, morphologies et comportements, provient de notre héritage africain commun ».

 Laurent Rigaux

Source: http://www.sciencepresse.qc.ca


Texte partagé par les Chroniques d'Arcturius- Au service de la Nouvelle Terre


Merci de visiter les sites qui nous soutiennent !

°°°°°°°°°°°°°
Vous pouvez reproduire ce texte et en donner copie aux conditions suivantes :
qu'il ne soit pas coupé
qu'il n'y ait aucune modification de contenu
que vous fassiez référence au site Source

Facebook
Twitter
Me suivre par courriel
Google+
http://arcturius.org/de-ladn-inconnu-dans-certaines-populations-africaines/
RSS