Facebook
Twitter
Me suivre par courriel
Google+
http://arcturius.org/est-ce-que-la-frequence-de-schumann-varie/
RSS
L’atmosphère terrestre est animée par des ondes électromagnétiques de très basses fréquences, dont certaines sont amplifiées par résonance (résonance de Schumann, environ 8, 14, 21, 26, 33, 39 et 45 Hz). Elles se propagent entre l’écorce terrestre et l’Ionosphère.

Que sont les résonances de Schumann ?

Les résonances de Schumann sont des fréquences électro-magnétiques constituées par un ensemble de pics spectraux situés dans le domaine d’extrêmement basse fréquence (3 à 30 Hz) du champ électromagnétique terrestre. Ces résonances globales dans la cavité formée par la surface de la Terre et l’ionosphère, qui fonctionne comme un guide d’onde, sont excitées par les éclairs des orages et l’activité solaire.

Le mode principal a une longueur d’onde égale à la circonférence de la planète et une fréquence de 7,8 Hz. Sont présentes, en plus de la fondamentale à 7,8 Hz, des harmoniques à 14,3 Hz, 20,8 Hz, 27,3 Hz et 33,8 Hz.

La puissance des résonances de Schumann épouse les variations de la production d’éclairs et de l’activité solaire. Leur fréquence fluctue très légèrement autour d’une valeur moyenne constante.

Les résonances de Schumann s’insèrent dans le même domaine de fréquences que les ondes cérébrales. Aussi toute variation notoire de leurs caractéristiques, due soit à des phénomènes naturels soit à des technologies humaines comme le système HAARP, a une incidence sur le cerveau et sur la santé humaine.

Elles doivent leur nom du physicien allemand Winfried Otto Schumann qui les prédit dans les années 1950. et elles furent observées dans les années 1960.

En 1957, le Pr Schumann (Université Munich) découvre les Ondes Transversales Magnétiques Terrestres, aujourd’hui connues sous le nom d’Ondes de Schumann ou Résonance de Schumann. Il s’agit d’un phénomène atmosphérique naturel et permanent qui se propage autour de la Terre sous la forme d’une Onde Radioélectrique.

SchumannIl faut tout d’abord savoir que la Terre est entourée d’une épaisse couche de particules chargées électriquement et ionisées appelée IONOSPHERE. Cette couche d’air ionisé s’étend sur une épaisseur qui va de 60/80 Km à 640 Km ; c’est le bouclier qui protège la Terre contre les vents solaires et les rayons cosmiques et réfléchit en outre les ondes radio. L’ionosphère est une couche épaisse fortement chargée qui forme avec la Terre un véritable condensateur ; ainsi la Terre est chargée négativement et l’ionosphère positivement, ce qui crée entre les deux une différence de potentiel variable de 200 volts par mètre en moyenne. Ce qui fait un véritable générateur électrique et les vents solaires, en interaction avec l’atmosphère en rotation, agissent comme des balais sur le collecteur d’un générateur. Terre et Ionosphère contiennent assez d’énergie potentielle (au moins 3 milliards de KW) chacune pour que l’excitation résonnante de la cavité Terre/Ionosphère augmente l’amplitude de fréquences Schumann naturelle, facilitant le captage de puissance électrique utile.

La Terre est en effet un grand conducteur sphérique et l’Ionosphère un plus grand conducteur encore. Les deux réunis constituent les plaques parallèles d’un condensateur d’un « condensateur sphérique » d’une capacité de 1500 microfarads pour la cavité totale Terre/Ionosphère. Dans les années 50, Russes et Américains s’intéressent aux travaux de Nikola Testla, donc de l’Ionosphère, et se rendent vite compte que de puissantes émissions d’ondes ionisantes ont le pouvoir de modifier le climat. Ils leurs suffit d’activer les Electrons qui composent les différentes couches de l’atmosphère jusqu’à en modifier la densité. Le système HAARP de modification du climat est déjà là…

Selon R.Miller « le champ magnétique » entourant la Terre peut être comparé à un gel assez ferme. Lorsque nos corps se déplacent et vibrent, ces mouvements sont transmis à l’environnement et vice-versa. Lorsque nous sommes normalement debout sur le sol, nous sommes « à la Terre » au sens électrique du terme.. Alors nos corps agissent comme des vidanges pour le champ électrostatique et déforment les lignes de force. Rappelons que le champ humain possède ainsi son propre champ électrostatique autour de lui, des lignes de champ résultant de diverses réactions biochimiques dans le corps ; le Bio champ qui en résulte, nous accouple au champ isoélectrique de la planète.

SchumannEn 1957, Schumann calcula les fréquences de la résonance Terre/Ionosphère et repéra la principale onde permanente à environ 7,83 Hz (cycles par seconde), chiffre confirmé plus tard par Koenig. Cette onde coincée dans la cavité d’air comprise entre la surface du sol et l’Ionosphère se répercute sans fin à la même fréquence de 7,83 Hz car constamment réactivée. En fait, cette pulsation se nourrit de l’activité électrique des orages (à l’échelle du globe, il y a près de 300 éclairs à la seconde) mais aussi du vent solaire et de ses rafales de photons à hautes énergies qui viennent en permanence caresser les couches les plus hautes de notre atmosphère, l’électrisant progressivement et saturant la haute atmosphère de charges électriques qui constituent l’Ionosphère. Toutefois, en fonction du jour, de la nuit, des saisons, la pression du « souffle » solaire sur la haute atmosphère augmente ou diminue et l’épaisseur de l’ionosphère s’en ressent tout comme l’atmosphère terrestre. Rappelons que ces ondes Schumann vibrent à la même fréquence que les ondes cérébrales des êtres humains et des mammifères en général.

Les anciens Rishis indiens disaient que 7,83 Hz était la fréquence de l’OM. Incidemment, c’est aussi le rythme de pulsation naturelle de la Terre mère, connu sous le nom de « Résonance de Schumann ».

Est-ce que la fréquence de la Terre accélère? Puisqu’on estime que la fréquence de Schumann est « en harmonie » avec les états alpha et thêta du cerveau humain, cette accélération explique peut-être pourquoi nous avons souvent l’impression que le temps s’est accéléré, et que les événements et les changements surviennent de plus en plus rapidement dans notre vie.

Calcul de la fréquence de Schumann

La fréquence principale de Schumann est de 7,8 Hz, mais des harmoniques sont également présentes à 14,3 Hz, 20,8 Hz, 27,3 Hz et 33,8 Hz.

La détermination des fréquences de Schumann (voir équation ci-jointe) est liée à la vitesse de la lumière (c) et au rayon de la terre (Rt), et « n » étant l’ordre de l’harmonique.  Schumann

Toutefois cette équation ne restitue pas exactement les fréquences annoncées ci-avant, car dans la théorie la conductivité de la terre est considérée comme infinie, ce qui n’est, bien sur, pas le cas. Aussi, les valeurs de fréquences calculées par l’équation sont généralement plus hautes que la réalité.

SchumannConsidérant le rayon de la terre (6378 km à l’équateur) et la vitesse de la lumière (299792458 m/s), les valeurs calculées sont ainsi les suivantes:

Ainsi, pour l’harmonique principale, le décalage est en effet déjà de 3 Hertz entre le calcul et la mesure.

En réalité pour obtenir le meilleur calage entre les fréquences mesurées et les fréquences théoriques calculées, il faudrait considérer un rayon de la terre de l’ordre de 8070 km ! (soit près de 1700 km de plus) et dans ce cas toutes les fréquences théoriques seraient à moins de 0,5 Hz d’erreur par rapport à la mesure.

Cette différence importante de rayon (une erreur de 26% sur le rayon de la terre !) pourrait alimenter les théories de la terre creuse.  (article : La Terre creuse : mythe ou réalité ?)

En effet, supposant que la terre soit creuse, il faudrait augmenter son diamètre global pour pouvoir retrouver les fréquences de Schumann… sujet à creuser donc…

Pour aller plus loin dans la discussion, il est intéressant de comparer les ondes de Schumann avec les gammes des ondes cérébrales. En effet, le corps humain est « calé » sur les ondes de Schumann.

Ce fait a été constaté notamment par les astronautes, présentant des problèmes de santé lorsqu’ils sont éloignés de la terre, ainsi des résonateurs Schumann ont dû être installés dans les stations spatiales afin de rétablir une ambiance « terrestre » dans la station.

Les cinq groupes de fréquences d’ondes cérébrales liées à notre activité mentale :

  1. SchumannOndes Delta de 0 à 4 Hz sont les ondes les plus lentes mais aussi les plus hautes en amplitude. Elles se produisent lorsqu’une personne est en état de sommeil profond, sans rêve, ou dans la plus profonde méditation. Ces ondes « suspendent » la vie extérieure et apportent une paix profonde. Certaines fréquences de ces ondes déclenchent la production d’une hormone de croissance favorable à la guérison et à la régénération, on comprend pourquoi le sommeil profond est réparateur et essentiel au processus de guérison. En fait, le principe général est que la fréquence prédominante du cerveau est d’autant plus basse en termes de pulsations par seconde que la personne est détendue, et d’autant plus élevée que la personne est agitée.
  2. Ondes Thêta de 4 à 7 Hz. Ces ondes se produisent le plus souvent dans le sommeil, dans les états de méditation profonde (corps endormi et esprit en éveil) ; cela permet l’accès aux souvenirs et à la concentration mentale interne. En ondes Thêta, nous sommes en retrait du monde extérieur et plus concentrés sur le paysage mental. Ces ondes sont liées au mystère ou à un état « crépusculaire », au rêve éveillé. Méditer avec Thêta augmente la créativité et diminue le stress, aiguise l’intuition et les dons de perception extra sensorielle.
  3. Ondes Alpha de 7 à 12 Hz. Ces ondes peuvent induire un état de relaxation et de concentration mentale ; elles sont présentes dans le rêve et la méditation, légère, les yeux fermés. Au fur et à mesure que davantage de neurones sont engagés dans cette fréquence, les ondes Alpha circulent à travers tout le cortex induisant la relaxation mais pas la méditation. Avec les ondes Alpha, nous commençons à accéder à la richesse créative qui se situe sous notre conscience éveillée. C’est la porte qui ouvre sur des états de conscience profonds. Ces ondes favorisent la coordination mentale globale, le calme, l’attention, la conscience intérieure.
  4. Ondes Bêta de 12 à 25 Hz. Ces ondes correspondent à notre état normal lorsque l’attention est orientée vers les tâches cognitives et le monde extérieur. Rapide, l’activité Bêta est activée lorsque nous sommes alertes ou parfois même anxieux, ou engagés dans la solution de problèmes, une prise de décision, le traitement de l’information, la concentration ou l’activité mentale. Pour certains chercheurs, (et les plus récents travaux vont dans ce sens) la fréquence Bêta de 14 Hz serait la clé de l’acte de cognition.
  5. Ondes Gamma de 25 à 60 Hz qui modulent la perception et la conscience (et disparaissent lors d’une anesthésie) ; elles correspondent au traitement de l’information provenant de différentes zones du cerveau et impliquant la mémoire, les facultés d’apprentissage, etc…

Ainsi les ondes cérébrales sont très proches des ondes de Schumann, nous baignons en permanence dans ces ondes terrestres, aussi il semble normal qu’une relation physiologique soit présente.

Augmentation de la fréquence de Schumann

Beaucoup de sites internet affirment que la fréquence de Schumann augmente ces dernières années, reliant cela à des modifications possibles de la conscience humaine à l’échelle planétaire…

Le premier point à considérer est que la plupart des auteurs, notamment sur l’internet, confondent fréquence de base de la résonance de Schumann et les différentes harmoniques découlant de cette fréquences de base… lesquelles peuvent effectivement être de plus en plus élevées.

Si l’on prend l’exemple du son. Un son pur est composé uniquement d’une seule fréquence. Mais un son composé est l’addition de plusieurs sons, souvent d’une infinité. On a là ce que l’on appelle une fréquence fondamentale, et des fréquences harmoniques.

La fréquence c’est le nombre d’oscillations par période de temps. On l’exprime en Hertz. Une harmonique est une fréquence dont la valeur est un multiple de la fréquence fondamentale.

Ainsi à partir de ça on peut retrouver que la perturbation électromagnétique que l’on appelle résonance de Schumann peut se décomposer en un spectre d’une fréquence fondamentale et de nombreuses autres fréquences harmoniques.

La fréquence fondamentale est elle même déterminée par la taille du guide d’onde qu’est la cavité entre surface de la Terre et la ionosphère.

f = C/ 2pi * Rterre

Ainsi la fréquence fondamentale de la fréquence de Schumann dépend de C, la vitesse de la lumière et du rayon de la terre.

Il en résulte que la fréquence fondamentale de la résonance de Schumann est  égale à env. 7.83 Hz.

Schumann

Puis il y a toute une série d’harmoniques. Donc on peut faire tous les multiples entiers de la fréquences fondamentales, soit: 14,3 Hz, 20,8 Hz, 27,3 Hz et 33,8 Hz, etc. Il semble qu’au delà de 60Hz on ne capte plus rien, tellement la puissance a diminuée et l’harmonique se confond avec le bruit de fond.

Variations de la fréquence de Schumann

Qu’est-ce qui pourrait faire varier la fréquence ? Et bien la formule de base nous montre que la fréquence fondamentale dépend de la vitesse de la lumière C. Comme c’est une constante, elle ne va pas beaucoup bouger ! L’autre paramètre que l’on peut bouger, c’est le rayon de la Terre !

Donc pour faire augmenter la fréquence de Schumann, il faut que le rayon de le Terre diminue ! Est-ce que cela ne se sentirait pas, par de gros tremblement de terre non ? Par contre, ce qui évolue, ce sont les harmoniques (multiples) de la fréquence fondamentale, en résonance avec elle ! 

Donc la fréquence de Schumann, est propre à chaque planète ! (pour autant qu’on y trouve une sorte de ionosphère)

SchumannCependant, il est vrai que l’on peut observer de manière locale et passagère des variations de la fréquence de Schumann. Ceci car l’atmosphère et le champ magnétique terrestre bouge.

Par contre sur une étude sur le long terme, il semble que la fréquence fondamentale de Schumann et ses harmoniques est assez stable.

Voici ce qu’indique une étude de l’université de Berkeley entre 1997 et 2003.  La variation de la fréquence fondamentale a varié entre 7.75Hz et 8Hz.

En 1962, il y a des chercheurs qui ont observé que l’explosion d’une bombe atomique dans l’atmosphère perturbe la ionosphère et fait chuter la fréquences de Schumann...

Cette info est sur le superbe article d’Alain Boudet à propos de la résonance de Schumann. Lui également conclu que la fréquence est stable.

Donc voilà…. la fréquence fondamentale de la résonance de Schumann ne semble pas bouger.

Y-a-t-il un lien entre la résonance de Schumann et l’humain ?

L‘ordre de grandeur de la fréquence fondamentale de Schumann est dans le même ordre de grandeur que les ondes alpha du cerveau humain. (0,5 à 12Hz, les ondes bêta couvrent ensuite le spectre de 12Hz à 35Hz qui correspond aussi à des harmoniques de la fréquences de résonance de Schuman).

SchumannDans les années 1960, Herbert König a fait quelques expériences. Ils semble que les humains pourraient avoir une base de temps qui dépend de la fréquence de Schumann.

Il semble qu’en cas de privation de l’influence de la résonance de Schumann, le cycle circadien semble se décaler. C’est ce que l’on observe chez des gens mis dans un bunker souterrain ou des astronautes en orbite.

Il a été attesté (par Robert Beck notamment) que les pratiques de guérisons paranormales (chaman, religieux, médium…) utilisaient une syntonisation du guérisseur sur la fréquence de Schumann. Que se passerait il si cette fréquence venait à diminuer??… enfin cette baisse tendrait elle à nous plonger dans la somnolence de l’onde Théta ou même Delta… à méditer.

Jean-Paul Thouny
Thérapeute énergéticien, Voiron (Isère) France
Courriel : jean-paul@thouny fr

Pour aller plus loin

incarnationHYPNOSE ALPHATHERAPIE – Thérapie par les ondes cérébrales alpha pour tous
de Jean-Claude Theresin et Claude Bertaud

Pratique de l’hypnose thérapeutique qui englobe l’hypnose dite Ericksonienne mais remise à jour avec les connaissances scientifiques d’aujourd’hui.

Nous proposons un apprentissage de l’hypnose thérapeutique que nous nommons « Alphathérapie » pour le différencier des pratiques minimalistes et protocolaires de l’hypnose dite Ericksonienne. Il s’agit donc bien d’une thérapie brève très efficace et bien plus argumentée que l’hypnose dite « Ericksonienne » classique. La connaissance du fonctionnement cérébral ouvre la porte à une richesse de techniques à adapter sur mesure et non par généralités.

Vous pouvez reproduire librement cet article et le retransmettre, si vous ne le modifiez pas et citez la source : www.energie-sante.net

Texte partagé par les Chroniques d'Arcturius- Au service de la Nouvelle Terre

---------------------------
Vous pouvez reproduire ce texte et en donner copie aux conditions suivantes :
qu'il ne soit pas coupé
qu'il n'y ait aucune modification de contenu
que vous fassiez référence au site Source

Merci de visiter les sites qui nous soutiennent !


Facebook
Twitter
Me suivre par courriel
Google+
http://arcturius.org/est-ce-que-la-frequence-de-schumann-varie/
RSS