Toute vie humaine a deux bornes : sa naissance, et son trépas.

Quand nous naissons, nous sommes faibles, et pourtant, nous naissons tous avec une potentialité énorme. Nos parents se sont peut-être demandés ce que leur petit bout de chou deviendrait et ferait dans la vie ; quel genre d’individu il ou elle deviendrait.

Comme c’est étrange ! Nous disparaissons souvent comme nous sommes apparus – faibles et vulnérables. Quand notre fin approche, nous nous remémorons notre passé, nous demandant quel genre de vie nous avons mené et quel type d’individu nous avons été. Quand nous rendons notre dernier souffle, ce n’est généralement pas sans avoir, au préalable, ruminé la question « Quel est, tout compte fait, le dessein de la vie ? »

C’est là une question que bien des gens préfèrent ne pas se poser, persuadés que nul ne peut l’expliquer.  Quiconque s’efforce plus sérieusement de savoir ce que nous faisons sur terre se satisfait souvent d’expériences comme la découverte d’une vocation, accomplissant quelque chose qui le satisfait émotionnellement, ou trouvant l’amour et étant aimé, ou étant tout simplement « une bonne personne ». Toutefois, c’est là se limiter uniquement à la vie présente.

Bien qu’il n’y ait rien de mal à penser ainsi, dans nos moments de réflexion plus intense – notamment face à notre propre mortalité – ces réponses nous satisfont-elles?

La mort est-elle l’issue définitive de notre existence ? Ou se peut-il  que la vie humaine ait un dessein qui transcende cette vie physique éphémère ? Et si dessein magistral il y a, de quoi peut-il bien s’agir ?

Ces questions sont assurément les plus pressantes de la vie.

Notre conception individuelle de l’existence

L’un des aspects les plus subtiles de la théorie de l’Évolution et de la philosophie athée est que de moins en moins de gens estiment avoir été créés  dans un dessein ultime. La théorie de l’Évolution et les vues athées ne rejettent-elles pas l’idée d’un Être suprême  ayant prévu un dessein pour notre existence ?

Si la vie résultait de l’impact de la foudre sur un limon primitif, déclenchant toute une série de mutations transformant des éléments très simples en des créatures immensément complexes s’échelonnant sur d’énormes laps de temps, a-t-elle un dessein ? Si l’humain est apparu pour devenir le principal habitant du globe uniquement par une sélection naturelle basée sur la survie du plus fort, peut-on en conclure que sa présence a un dessein transcendant ? Sinon, nous ne pouvons lui trouver un sens que dans ce que nous estimons, individuellement, être substantiel.

Quand Buzzfeed, récemment, a interrogé des athées, bon nombre d’entre eux ont déclaré avoir décidé quel sens donner à leur vie. Ils ont cité un certain nombre de raisons comme… :

  • Avoir un impact positif sur leurs amis et leur famille.
  • Être bienveillants, s’instruire, partager leurs connaissances, soulager les souffrances.
  • Soutirer le maximum de bonheur et s’amuser le plus possible dans la vie.
  • Se concentrer sur le présent et jouir de la liberté de faire ce qu’ils veulent.

Néanmoins, bon nombre d’entre eux ont reconnu que – bien qu’ayant décidé quel sens donner à leur vie, croyant qu’elle est due au hasard – par définition, pour eux, la vie n’a vraiment pas de sens ; elle ne s’inscrit pas dans un grand plan d’ensemble.

Ces idées humaines limitées et individuellement adoptées sont-elles justes ? Ce monde et votre vie résultent-ils d’un Créateur parfait  qui vous a mis sur terre pour une raison bien précise ? La question que la plupart des êtres humains se posent – pourquoi sommes-nous nés ? – peut-elle être élucidée ?  Assurément oui !

Néanmoins, pour le faire, nous devons commencer par … le commencement.

Le point de départ

Il est écrit : « Au commencement était la Parole, et la Parole était avec Dieu, et la Parole était Dieu » (Jean 1:1). Autrement dit, avant de créer quoi que ce soit, Dieu le Père et la Parole [l’Être qui allait venir par la suite sur terre en la personne de Jésus-Christ – verset 14] existaient.

Ces deux Êtres spirituels existent depuis toujours. Leur pouvoir est illimité et leur caractère parfait.

Dieu Se mit à créer. Il est écrit que « les perfections invisibles de Dieu, sa puissance éternelle et sa divinité, se voient comme à l’œil nu, depuis la création du monde, quand on les considère dans ses ouvrages » (Romains 1 :20). En observant le monde qui nous entoure, nous pouvons aisément en déduire que le Père et la Parole sont des bâtisseurs. La propension que nous avons, nous autres humains, à concevoir toutes sortes de choses, des robots aux relations, ne fait que refléter la nature de Dieu, notre Créateur.

La première création divine connue est celle des anges, qui sont des créatures merveilleuses et étonnantes, conçues pour servir Dieu et les êtres humains qui allaient être créés par la suite (Hébreux 1:13-14). Hélas, un tiers des anges ont suivi l’un des leurs – appelé Lucifer dans la Vulgate – dans sa rébellion désastreuse contre Dieu. En se rebellant, ils sont devenus Satan le diable et des démons (Ésaïe 14:12-15 ; Ézéchiel 28:12-15 ; Apocalypse 12:4).

Par contre, leur révolte n’a pas contrecarré les plans de Dieu, qui en avait d’autres – meilleurs. Et à un moment donné, Il S’est mis à créer ce que nous voyons à présent.

Source: https://prendresoindenosenfantsquantiques.wordpress.com/


ATTENTION: Votre discernement est requis par rapport à ces textes.
♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥

- POSER UN GESTE D'AMOUR -
Une contribution volontaire
aide véritablement à maintenir ce site ouvert
et ainsi vous devenez un Gardien Passeurs en action.
CLIQUEZ ICI POUR CONTRIBUER
Merci

Texte partagé par les Chroniques d'Arcturius - Au service de la Nouvelle Terre