Facebook
Twitter
Me suivre par courriel
Google+
https://arcturius.org/immortel-phenix/
RSS

L’autre jour, j’entends ceci : « Le phénix est un oiseau magnifique qui brûle et renaît de ses cendres ». Cette phrase anodine a fait jaillir une évidence dans mon esprit. Le phénix est magnifique, merveilleux, incroyable et tout ce qu’on veut, mais je doute qu’il s’agisse d’un oiseau ou d’une autre créature vivante. 

Tous les contes merveilleux qui ont bercé mon enfance sont restés à jamais gravés dans ma mémoire. Ils venaient de très loin, je l’ai toujours su. Je les ai ruminés des années durant, jusqu’à ce que leur porte s’ouvre. Alors je suis entré dedans. J’avais 6 ans, 8 ans, 12 ans, à effeuiller les pâquerettes, à conter fleurette aux coquelicots, à courir dans les prés sans tique, le long des étangs sans moustique. Tout était moins hostile en ces temps. C’était avant le diktat de l’argent tout-puissant. Je vivais comme un schtroumpf sans âge. Bleu des pieds à la tête, azur sous le bonnet phrygien que paraît-il je portais bien. La coiffe de Mithra, quand il n’était plus là, est devenue la mitre des évêques qui perpétuent son souvenir. Mitre, Mithra. De plus en plus gauchies, faussées, dénaturées, à mesure qu’elles s’éloignent de la source, les religions s’empilent les unes sur les autres comme leurs temples s’empilent sur les hauts lieux. Il y a bien plus de vérité, de sincérité et d’élévation dans l’animisme que dans la bible, la torah ou le coran.

Les mille et nuits ont été blanches pour moi aussi, fébrile lecteur de 12 ans, à rêver devant ces contes aux accents troublants. Dieu que le bonheur est proche, amie Shéhérazade, si belle et si traîtresse ! Dieu que le bonheur est lointain… Et l’énorme oiseau Roch, qui tient entre ses serres des morceaux de montagnes pour écraser tous les janissaires du vizir. L’oiseau de feu m’allume. D’un coup je me consume. Je brûle, et c’est d’amour pour toi. La légende est volage, qui s’envole avec moi.

 

L’oiseau Roc

« Le phénix, ou phœnix (du grec ancien φοῖνιξ / phoînix, « rouge pourpre »), est un oiseau légendaire, doué d’une grande longévité et caractérisé par son pouvoir de renaître après s’être consumé dans les flammes. Il symbolise ainsi les cycles de mort, de résurrection et de noblesse. Des oiseaux fabuleux semblables au phénix se trouvent dans la mythologie persane sous l’appellation de Simurgh ou Roc, chinoise sous le nom de Fenghuang, amérindienne avec Oiseau-tonnerre ou aborigène en Australie avec Oiseau Minka.
Il s’agit d’un oiseau fabuleux, originaire d’Arabie, et rattaché au culte du Soleil, dans l’ancienne Égypte, où il était vénéré. Selon les auteurs classiques grecs et latins, le phénix était une sorte d’aigle ; son plumage était splendide et se paraît de couleurs éclatantes. Caius Julius Solinus par exemple nous parle de son aspect dans son Polyhistor. » (source
Le phénix est éternel, il ne peut mourir, il est assez grand et fort pour emporter dans les airs des hommes ou un éléphant, il bombarde ses ennemis, et au lieu de mourir comme tout le monde, il prend feu et renaît de ses cendres. Cette histoire est connue dans toute l’Asie. La légende existe, avec les variantes habituelles, dans de nombreux pays. Le phénix change de lieu, de nom, de style, mais jamais ses caractéristiques principales sont oubliées.  Pourquoi cet oiseau de légende, assez invraisemblable, voire grotesque, nous a tous tellement frappé quand nous avons lu son histoire ? Je vais vous le dire. Il nous a plu parce qu’on l’a bien connu. Ami ou ennemi, ce prédateur volant a hanté nos rêves et nos cauchemars, il y a très longtemps. La mémoire collective de l’humanité nous a permis de le reconnaître.
Le phénix vit très longtemps, plus longtemps qu’un humain, plus longtemps même qu’une génération. Vieux comme les mondes, il est rattaché au culte du soleil. Qu’est-ce que le Soleil ? Je l’ai déjà montré souvent, notamment dans l’expression les Fils du Soleil. Les petits malins ont déjà compris. Il ne s’agit pas de l’astre solaire, notre étoile, mais d’un astre artificiel, habité par les dieux d’avant, qu’on appelle aussi les anciens astronautes. Et notre phénix, dans tout ça ? J’en vois quelques-uns qui rigolent, ils ont bien raison. Pour eux comme pour moi, l’affaire est claire. Qu’on l’appelle Phénix,  Simurgh ou Roc, cet oiseau est un engin volant. Le feu qui sort de ses réacteurs donne l’impression qu’il s’enflamme, que le feu le consume sans le tuer toutefois. Au contraire, après avoir allumé ses réacteurs, il décolle et file dans l’azur. Le feu ne l’a pas détruit, il lui a rendu la vie. Ainsi le Phénix peut vivre encore et encore, indéfiniment en fait, même si de temps en temps il est obligé de mourir pour revivre. La légende a retourné sa veste. J’adore !
sol-invicto-stk-688po
« Le Simurgh (en Persan سيمرغ ), Simorgh ou Sênmurw en moyen-persan (Pahlavi), connu aussi sous le nom de Sîna-Mrû (Pâzand), est un oiseau fabuleux de la mythologie perse. Il était de grande taille, puisqu’il pouvait transporter un chameau ou un éléphant, l’oiseau mythique Simurgh fait montre d’une grande animosité envers les serpents. Son habitat naturel est un lieu où l’eau se trouve en abondance. Dans un récit iranien antique, il est dit que le Simurgh vit 1700 ans avant de plonger de lui-même dans les flammes, et dans d’autres récits plus tardifs, il est dit qu’il est immortel et possède un nid dans l’arbre du savoir. » (source)
Complément d’info : le phénix est de grande taille. De nombreuses personnes peuvent monter à bord. Un éléphant peut même embarquer dans ses soutes. On imagine mal un véritable oiseau capable d’une telle prouesse. Pour moi, l’histoire de l’éléphant n’est pas un détail, mais la confirmation qu’il s’agit bien d’un avion ou d’une navette spatiale.
On apprend aussi que le Simurgh n’aime pas les serpents. Détail qui a son importance, et qui nous renseigne sur l’origine du conte. Il y avait au moins deux camps antagonistes chez les dieux astronautes : les humanoïdes « à notre image » et les reptiliens. Parfois ils s’entendaient entre eux, parfois ils se faisaient la guerre. Un conflit atomique généralisé a probablement mit fin à la dernière période d’occupation de la terre par ces envahisseurs, qui sont aussi nos propriétaires, que ça nous plaise ou non. Cet engin volant appartient à l’autre camp des dieux d’avant, le camp des ennemis des Reptiliens. On voit comment la légende a travesti des faits qui aujourd’hui nous paraîtraient simples, mais qui, pour nos ancêtres primitifs et sans notions aérospatiales, étaient incompréhensibles. Il en est ainsi de toutes les légendes, de la Bible, du Popol Vuh, des différents Livres des Morts, et des innombrables textes sacrés védiques ou autres de l’Inde antique. Ceux qui les ont rédigés n’étaient pas des témoins directs. Ils n’ont pas compris ce qu’ils n’avaient pas vu.
« D’après la légende iranienne, il est dit que cet oiseau est si vieux qu’il a déjà vu trois fois la destruction du monde. Pendant tout ce temps, le Simurgh a tellement appris qu’on pense qu’il possède le savoir de tous les âges. Les Perses sassanides croyaient que le Simurgh amènerait la fertilité sur la terre et scellerait l’union de la terre et du ciel. Il nichait dans l’Arbre de vie, Gaokerena, et vivait dans la terre de la plante sacrée Haoma, dont les graines pouvaient guérir de tout mal. Dans les croyances iraniennes ultérieures, le Simurgh est devenu un symbole de divinité. » (source)
Cette extraordinaire longévité du phénix fait référence aux guerres monstrueuses qui ont opposé les différentes races divines. Après chaque guerre plus meurtrière que la précédente, tandis que les cadavres d’une civilisation détruite jonchaient le sol parmi les ruines, les survivants humains terrifiés voyaient revenir dans le ciel un engin volant qui crache le feu. Ils en ont déduit que cet oiseau magique était immortel. A sa façon, il l’était. On ne se débarrasse pas facilement des dieux d’avant, de leurs armes et de leurs guerres.
 
« Quand le Simurgh s’envolait, les feuilles de l’arbre du savoir tremblaient, causant la chute des graines de toutes les plantes. Ces graines se répandirent dans le monde, prenant racine pour devenir chaque espèce de plante ayant jamais vécu, et guérissant toutes les souffrances de l’humanité. »  (source) Là c’est encore plus claire. Ce grand oiseau qui sème les graines, toutes les graines bénéfiques qui profitent aux humains, c’est un module de survie, chargé à ras bord de matériel génétique, qui participe à l’ensemencement de notre bonne vieille terre. C’est pour moi la confirmation que les terraformeurs ont apporté tout ce qu’il fallait pour transformer notre planète sauvage en une terre accueillante, vivable et belle. J’ai détaillé ce point dans un autre article, L’arche de Noé.

Texte partagé par les Chroniques d'Arcturius - Au service de la Nouvelle Terre

---------------------------
Vous pouvez reproduire ce texte et en donner copie aux conditions suivantes :
qu'il ne soit pas coupé
qu'il n'y ait aucune modification de contenu
que vous fassiez référence au site Source

Merci de visiter les sites qui nous soutiennent !


Facebook
Twitter
Me suivre par courriel
Google+
https://arcturius.org/immortel-phenix/
RSS