La thérapie MR (Méditation, Relaxation) est une intervention destinée à traiter la paralysie du sommeil. Ce trouble est un phénomène qui génère bien souvent une angoisse importante à cause des sensations de perte de contrôle qu’il produit.

La thérapie MR est une intervention conçue pour les patients atteints de paralysie du sommeil (PS). Ce trouble se caractérise par un état involontaire de paralysie musculaire. Il peut se manifester au début du sommeil ou lors du réveil. Il est le résultat d’un déséquilibre des mécanismes qui régulent le cycle du sommeil paradoxal ou REM.

Ceux qui expérimentent cette paralysie momentanée reprennent conscience et retrouvent leur perception sensorielle mais ils ne sont pas capables de contrôler leurs muscles.

Cette situation provoque de l’anxiété, de la peur et elle s’accompagne d’hallucinations hypnagogiques et hypnopompiques.

C’est un trouble primaire du sommeil que l’on n’associe pas à d’autres maladies psychiatriques, médicales ou à la consommation abusive de certaines substances. Le DSM5 (Manuel Diagnostique et Statistique des Troubles mentaux) le classifie comme une parasomnie car il s’agit d’un trouble qui affecte la qualité et la quantité du sommeil.

Ce phénomène se développe entre la phase REM (Rapid Eye Movement) du sommeil et la phase de réveil. Selon la classification internationale des troubles du sommeil, la paralysie du sommeil peut aussi bien apparaître de manière isolée que de manière chronique. Pour cette raison, son développement peut être lié à des facteurs totalement circonstanciels.

homme souffrant de paralysie du sommeil

Principales caractéristiques de la paralysie du sommeil

Au cours du sommeil REM, l’activité électrique cérébrale est similaire à celle se produisant lors de la phase de réveil. C’est à ces moments en particulier qu’ont lieu les rêves les plus complexes et les plus engageants émotionnellement parlant. Dans un but de conservation, les muscles non autonomes sont alors paralysés. Des modifications dans la routine du sommeil peuvent altérer le processus de blocage et de déblocage des muscles.

Quels mécanismes physiologiques sont-ils impliqués ?

Le tonus musculaire squelettique est supprimé grâce aux neurotransmetteurs GABA et à la glycine. Ces derniers permettent d’inhiber les neurones moteurs de la moelle épinière.

Un déséquilibre dans la séquence au moment du réveil provoque chez l’individu un décalage. En fait, il reprend conscience avant d’être capable de bouger et de réagir. Le système limbique (émotionnel) traite et interprète la situation dans son ensemble.

Le sentiment de fuite

L’amygdale élabore une réponse basée sur l’émotion. Les circonstances habituelles comme l’obscurité et l’incapacité à réagir provoquent une évaluation rapide négative.

Pour cette raison dans ces circonstances, les sentiments les plus fréquents sont la peur et la terreur. Ce processus émotionnel provoque des altérations de la perception interprétées comme des hallucinations visuelles, tactiles et auditives.

Le sentiment de présence

L’une des sensations les plus communes associées à la paralysie du sommeil est l’impression d’être observé. L’incapacité à nous déplacer associée à l’angoisse et à l’imaginaire du sommeil multiplie les interprétations d’une manifestation visuelle. L’attention est partiellement biaisée et a des difficultés à identifier les possibles menaces. Ainsi, la sensation que quelqu’un ou quelque chose se trouve à côté de nous, sans pour autant pouvoir compter sur une preuve réelle de sa présence, est très commune.

La thérapie MR pour traiter la paralysie du sommeil : démasquer le fantôme

Peu d’auteurs ont osé formuler un traitement psychologique concret. Baland Jalal, du Département de Psychiatrie de l’Université de Cambridge (Royaume-Uni) proposa la thérapie MR (Méditation et Relaxation) en 2016.

Selon l’auteur, l’augmentation réciproque de la peur, de l’anxiété et de l’angoisse génère une boucle de rétro-alimentation qui aggrave l’attaque et le contenu des hallucinations. A partir de cette affirmation, il a élaboré un modèle d’intervention basé sur les piliers suivants :

  • Réévaluation de la signification de l’attaque : le sujet doit prendre conscience de la nature bénigne et temporelle de l’attaque (la paralysie n’est pas permanente). Il doit également comprendre le sens des hallucinations qui sont étroitement liées aux rêves élaborés lors de la phase REM. Cela permet de donner un sens nouveau aux épisodes hallucinatoires. C’est une étape cruciale pour atteindre la relaxation et garder son calme
  • Prise de distance psychologique et émotionnelle : le sujet doit comprendre que la préoccupation et la peur ne font qu’empirer et prolonger ses épisodes hallucinatoires. Il doit également comprendre que ce n’est pas un événement paranormal mais bel et bien une réponse de son corps
  • Méditation, attention portée sur l’intérieur uniquement : la méditation est une discipline cruciale que l’on doit développer pour obtenir de bons résultats avec cette thérapie. Le mécanisme que la méditation met en marche permet de contrôler la concentration. Ainsi, l’individu peut compter sur des ressources précieuses afin d’ignorer les hallucinations
  • Relaxation musculaire : les symptômes physiques tels que la paralysie motrice ou l »impossibilité à gérer volontairement la respiration disparaissent plus facilement lorsqu’ils sont ignorés. Si l’on y porte trop d’attention, cela peut contribuer à déstabiliser le processus interne. Il est donc très important de garder son calme et de se détendre
consultation chez un spécialiste de la thérapie MR

L’importance de la pratique

La thérapie MR pour traiter la paralysie du sommeil requiert de l’entraînement. Le sujet peut reproduire la position dans laquelle la paralysie se produit (généralement la bouche vers le haut) afin de pratiquer les différentes étapes.

En raison de la nature accablante de l’événement, la pratique prépare le sujet sans qu’il ne subisse le stress que peut générer la situation réelle.

L’objectif est de se préparer à répondre de manière passive en récréant des images positives face aux stimulations menaçantes.

La relaxation

Selon des spécialistes tels que le Dr. Ramachandran, le manque ou la carence de synchronisation entre les extrémités et le système moteur altère le processus multi-sensoriel. Pour cette raison, si l’on tente de fuir et d’exécuter cette action mentalement, il n’y a pas de réponse du corps. La perception personnelle s’altère.

De cette manière, la sensation de flotter, la sensation de vivre des expériences extra-corporelles et l’observation d’images sombres apparaissent. La relaxation comme première réponse permet de stopper l’impulsion associée à la fuite ainsi que l’altération de la perception.

Caractéristiques de l’intervention

Nous pouvons cataloguer la thérapie MR comme étant un traitement cognitif comportemental. Elle se concentre sur la modification du comportement et sur l’élimination de la rétro-alimentation négative.

Le succès de l’intervention dépend de l’attitude de l’individu. Comme nous l’avons mentionné auparavant, il est également conditionné par le degré de contrôle qu’a l’individu sur sa concentration. Les capacités de concentration et d’interprétation des sensations sont très importantes. Le modèle propose également un changement direct de l’attention. Grâce à la relaxation, l’attention transforme des stimulations externes potentiellement désagréables en stimulations internes neutres ou positives.

Pour conclure, aussi curieuse que puisse paraître l’expérimentation de paralysie du sommeil, il ne s’agit pas d’un phénomène étrange. D’ailleurs, ce n’est généralement pas préoccupant. Le seul élément préoccupant concerne les conséquences, notamment le degré d’anxiété qu’elle peut provoquer. Dans tous les cas, il est recommandé de consulter un spécialiste.

Source : https://nospensees.fr


Texte partagé par les Chroniques d'Arcturius - Au service de la Nouvelle Terre
---------------------------
Merci de visiter les sites qui nous soutiennent !