Le mythe d’Héra nous parle d’une femme orgueilleuse et vindicative qui se comporte comme une épouse jalouse. Un mythe qui met en relief la figure classique de la matrone.

Le mythe d’Héra fait référence à l‘une des facettes les plus classiques, mais aussi les plus pauvres, de la figure féminine. Il représente une matrone toujours en proie à la jalousie et qui ne perd jamais une occasion de se venger. L’infidélité systématique de son époux, Zeus, la plaçait continuellement dans cette position.

Pour les Grecs, le mythe d’Héra représentait l’archétype de la femme typique. Elle était la déesse du mariage et de la vie familiale. Sa spécialité était de défendre ces deux institutions à n’importe quel prix. Elle était aussi la divinité féminine la plus importante de l’Olympe et, d’une façon ou d’une autre, elle parvenait toujours à s’en sortir.

L’un des aspects les plus frappants du mythe d’Héra est le fait que, face à chaque infidélité de Zeus, elle planifiait une vengeance. Cependant, l’objet de sa colère n’était jamais son époux mais ses amantes et les enfants qu’il avait avec ces dernières. Et ce, alors que Zeus avait recours à la force ou à différentes ruses pour obtenir les femmes avec lesquelles il trahissait son épouse.

« Le mariage est la principale cause de divorce. »

–Groucho Marx–

Une statue de Zeus.

 

L’origine du mythe d’Héra

Héra était la fille de Cronos et Réa et, par conséquent, la sœur de Zeus, qui est ensuite devenu son époux. Comme ce fut le cas avec ses autres enfants, Cronos avala Héra à sa naissance, car l’oracle lui avait annoncé que l’un de ses descendants le détrônerait. Zeus put en échapper grâce à une ruse de sa mère et il libéra ensuite ses frères et sœurs, parmi lesquels se trouvait Héra.

Le mythe d’Héra raconte que Zeus s’éprit d’elle et que, pour la posséder, il prit la forme d’un coucou. Leur noce fut un événement fastueux, célébré dans le Jardin des Hespérides. Ils eurent pour enfants Arès, dieu de la guerre ; Hébé, déesse de la jeunesse ; Ilithye, déesse des accouchements ; et Héphaïstos, dieu des forgerons.

Même si le mythe d’Héra est le mythe du mariage et de la famille, cette déesse n’a, en réalité, pas été une bonne mère.

La preuve en est qu’elle rejeta Héphaïstos, son fils, parce qu’il lui semblait très laid. Suite à son expulsion de l’Olympe, son fils se vengea en lui construisant et lui offrant un trône magique : une fois assise dessus, elle ne pouvait plus se mettre debout. Le sort cessa cependant quand Héphaïstos épousa Aphrodite.

L’inimitié avec Hercule

Hercule, le héros grec, était le fruit de l’une des infidélités de Zeus. Héra l’a donc toujours détesté et a toujours lutté pour le détruire. La mère du héros, Alcmène, appela son fils Hercule pour calmer la haine de la déesse : ce nom signifiait « la gloire d’Héra ». Cela ne calma cependant pas la furie de la matrone de l’Olympe.

Zeus, qui n’avait aucune limite, trompa Héra pour qu’elle allaite Hercule qu’elle avait confondu avec l’un de ses véritables fils. Et c’est ainsi que le héros but du lait divin. Quand Héra découvrit la tromperie, elle écarta sur-le-champ l’enfant de ses bras. Un jet de lait vola alors dans les cieux et c’est de là qu’est née la Voie Lactée.

Après cela, Héra punit Hercule en lui infligeant les fameux 12 travaux et le poursuivit toute sa vie. Cependant, Zeus et d’autres dieux ne cessèrent de protéger le héros dans ses multiples épreuves, mettant ainsi à mal certains plans de la reine de l’Olympe.

Une statue d'Hercule.

 

Une déesse orgueilleuse

Le mythe d’Héra montre que cette déesse n’agissait pas seulement par jalousie mais aussi, à de nombreuses reprises, par orgueil. On raconte qu’elle rendit aveugle le prophète Tirésias quand celui-ci ne voulut pas donner raison à son époux lors d’une dispute. Ce fut aussi l’une des instigatrices de la célèbre Guerre de Troie.

Elle tenta aussi de faire un “coup d’État” olympique. Pour cela, elle se réunit avec Poséidon, Apollon et Athéna. Le but était de détrôner Zeus qui n’était au courant de rien. Alors qu’il était endormi, ils l’enchaînèrent à son lit et lui volèrent l’éclair qui lui donnait du pouvoir. Ils commencèrent ensuite à parler de qui serait le nouveau dieu des dieux à l’Olympe.

Pendant qu’ils débattaient véhément, Briarée, un géant à cent bras, entra en scène. Il libéra Zeus qui reprit alors le contrôle de l’Olympe et punit sévèrement les conspirateurs. Ces derniers lui demandèrent pardon et lui jurèrent d’être toujours loyaux.

En dépit des infidélités et des trahisons continues, le mariage ne se termina jamais.

Source: https://nospensees.fr/le-mythe-d-hera-la-matrone-de-lolympe/


Avec une contribution volontaire
vous aidez véritablement à maintenir ce site ouvert
et devenez un Gardien Passeurs en action.
CLIQUEZ ICI POUR CONTRIBUER
Merci

Texte partagé par les Chroniques d'Arcturius - Au service de la Nouvelle Terre
---------------------------
Allez visiter nos commanditaires avec coeur.

quintes-essences coeurensoi gisele_petit equilibrecoeur
danielleclermont pub