Depuis ma plus tendre enfance, au large des côtes sauvages de Bretagne, les mots résonnent en moi de façon particulière, si particulière. Comme la lumière du phare, ils éclairent ma vie bouleversée trop tôt, par le départ précipité d’un père que j’adorais.

Amoureuse des lettres et de l’être

Je pose alors mon incompréhension et ma peine entre les lignes de poèmes que j’apprécie composer. Les vers et les rimes réchauffent mon cœur d’enfant solitaire et blessé. Au fil des années, ce besoin a perduré. Amoureuse des lettres, amoureuse de l’être, l’écriture est restée au rythme des vents et marées, une douce opportunité afin de coucher mes ressentis, mes émotions, mes pensées. Ces rendez-vous privilégiés sont toujours aussi forts et je les en remercie, ils sont les tremplins de ma vie. Comme les vagues, les mots vont et viennent sur le rivage de mon âme, marquant de leur empreinte son cheminement. Ils s’invitent, se déclinent sur une plage de sable blanc. Ils se posent, ils se reposent au gré du temps. Respectueux de leur passage, ils laissent traces, messages et serments. Parfois rieurs, parfois sérieux, jamais ils ne s’effacent à la mémoire, par devoir ou par jeu.

Que ces mots sont puissants  ! Mais comment  ? Ils permettent de décrire le monde sous ses aspects observables ou hypothétiques. Ils jouent sur ce qui est et sous-tendent ce qui n’est pas. Pas à pas, ils sortent l’humain de l’indifférencié, du chaos et le guide tels des mages ou des étoiles vers une certaine connaissance.
Que de capacités, celle de vous vous faire rire, réfléchir ou pleurer…
Agir ou procrastiner …

Jeu de mots ou «  je démo  »mots

Que de possibilités  : Entre synonymes, ils s’échangent  ; entre homonymes, ils se teintent d’un nouveau sens. La polysémie, quant à elle, généreuse, leur fait don de plusieurs masques et de carnaval en carnaval, ils prennent alors de somptueuses couleurs à chaque fois renouvelées. L’anagramme par permutation de lettres n’attend pas 9 mois pour accoucher d’un nouveau-né, ils sont tous là, ensemble, à attendre l’écoute, l’attention et la tétée. L’allographe, paresseux et plus prudent se lit lettre après lettre, c’est bien plus malicieux  ! Le bigramme, judicieux en donne deux. Le palindrome bidirectionnel s’offre le luxe d’une lecture dans les 2 sens …

La liste des jeux de mots est bien plus longue encore, mais que peuvent-ils bien vouloir révéler  ? Y aurait-il des codes qui tels la belle au bois dormant ne demanderaient qu’à se réveiller  ? A des fins de protection, de survie, de sécurité les chiffrements ont toujours existé mais qui les connaît ou les reconnaît  ? Des signaux de fumée aux clefs de chiffrement sécurisant nos données décentralisées, le langage du plongeur ou celui du timonier, le codage a permis à des groupes d’initiés quelques soient les conditions de faire passer un message  inaccessible à ceux ignorant sa subtilité.

Certains livres sont de véritables parcours du combattant pour celui qui, ‘profane’, veut les comprendre, les traduire. Pour l’alchimiste Fulcanelli, « Le songe de Poliphile » qualifié d’un des livres les plus beaux du monde, est une œuvre hermétique qui contient les connaissances utiles à la réalisation de la Pierre Philosophale. Les mots s’immisceraient-ils dans la quête du Graal si chère à Merlin et les chevaliers de la table ronde  ? Dans la forêt de Brocéliandre, ne donne-t-on pas aux mots un pouvoir extraordinaire quand au pied des pierres où se repose L’Enchanteur, nous confions nos vœux  ?

N’est pas Science ou magie que tout ceci  ? Dieu, seul, le sait  !

Que de découvertes à envisager  ! Que d’apprentissage à perpétuer  ! Que de leçons en perspective  !

Le mot, tremplin de l’Humanité

Mais comment quelques lettres ingénieusement disposées, alchimiquement réunies ou recombinées jouent et rejouent sans cesse la même mélodie sur la voie de la compréhension, du partage, tous deux piliers de la communication. Des clefs ouvrent des portes, les mots ouvrent la voie et les mots clefs ouvrent les portes de la voie.

Les mots réservent bien des surprises, aux humains que nous sommes. Ils naviguent entre les langues, les civilisations, les religions et Spiritualités. Il serait heureux qu’ils réconcilient enfin tous les courants et éteignent toutes les tensions s’exprimant actuellement au sein de notre civilisation…

Du monde des idées cher à Platon, élève de Socrate, ils s’incarnent dans le manifesté créant notre réalité. Interfaces, ils passent d’un monde à l’autre et franchissent le miroir sans faiblesse ni vanité.

Comme les notes d’une partition, ils s’accordent pour l’excellence d’une symphonie ou s’égratignent en cacophonie pour devenir comédie.

Le mot, parole et musique

Et je rêve qu’un jour, pour tous, ils s’agencent élégamment, bienveillants, pour qu’ensemble ils initient la bonne marche d’un monde réconcilié avec l’inexpliqué, le transcendant, le divin. Alors, agréables et humbles, ils se tiennent sans besoin de reconnaissance, sans bousculade, heureux d’être là entre deux silences dignes et respectueux.

Quand amoureux, ils s’enlacent discrètement en une osmose parfaite, ils chantent le bonheur et la paix, celle de grandir en conscience à travers les épreuves qui sont des expériences de l’être en recherche de qui, il est vraiment. Des mots triés sur le volet pour ne gêner personne et honnêtes pour que rien ne détonne. Parfois, trop nombreux, ils desservent. D’autres, timides se raisonnent pour ne pas s’imposer, ne pas exister, alors, ils s’effacent endommagés ne n’avoir pu s’exprimer  !

Le mot, de l’obscurité à la lumière de la source

Les mots engendrent des maux si malhabiles ou réprimés mais habillés de Lumière, ils sont ESSENCE, QUINTESSENCE. Ils pansent alors les corps, les cœurs meurtris d’avoir perdu le SENS de la vie. Les lettres de la connaissance assurent de fait, la renaissance.

mots
Exemples d’alphabets

L’architecte pour rester en cohérence trace le trait des lignes du dessin sur la planche grâce à son Té, sa règle. L’homme, sans règle, sans axe peut-il rester en adéquation avec son propre schéma, son unique dessein  ? La question se pose.

Les mots, ces compagnons de voyage, sont présents à chaque pensée, à chaque espoir ou désespoir, joie ou peine. Ils sont là mais parfois las. Ils dessinent, façonnent jour après jour notre histoire, notre humanité dévoilant la beauté du monde, la splendeur de l’universalité oubliée. Ces messagers traversent les âges avec le même courage, la même vitalité. Patients, persévérants, ils œuvrent sur la voie de notre accomplissement. Le choix est parfois difficile entre envies et volonté, et comme les vers à soie, ils tissent la toile de notre destinée. Le signe, le son ou vibration doublé de la valeur symbolique forment le mot. Véritable ambassadeur il s’impose avec justice et justesse sans inégalité à partir du moment où l’être est informé de l’importance de ces derniers. Le mot n’est-il pas une missive à lui seul, mais dans ce cas quel en est son sceau  ?

mots
Hiéroglyphes

Des hiéroglyphes à nos alphabets, le temps est passé, les pensées se sont pressées, juxtaposées, entremêlées. A nous de dénouer, déconditionner la trame soutenant l’édifice qu’est le mot afin de retrouver l’art de les entendre, les percevoir, les écrire, les courtiser afin surtout de trouver la magnificence de l’ORIGINE de tout ce qui est.

mots
Naissance de l’écriture, avec l’écriture cunéiforme

Du scribe au secrétaire, du calame gravant l’argile aux doigts agiles sur le clavier, les méthodes de transmission ont bien changé. Désormais, l’humain absorbé par son quotidien et par manque de temps se borne à choisir entre des mots suggérés, quelle banalité  !

Il n’y a pas si longtemps, la semeuse du Larousse enrichissait l’imagination de mots aussi beaux que surprenants. Le curieux pouvait ainsi, au fil des pages, découvrir toujours plus de termes, toujours plus de sens afin de se rapprocher de la Connaissance. Précédemment encrés et ancrés sur le papier après avoir été minutieusement pensés et sélectionnés, les mots sont aujourd’hui rapidement alignés pour être délocalisés, numérisés sur des serveurs, des disques durs ou des clefs USB transportant des passagers aux mille et une idées compressées. Finis les plumes d’oie effritées, les tâches, les buvards, nous sommes à l’ère de l’intelligence artificielle privée de cœur et de sentiments galants. Mais une méga panne électrique ou un bug informatique peut en quelques secondes tout secouer  et créer la panique  ! Comme lors de l’incendie de la bibliothèque légendaire d’Alexandrie au nombre infini de rouleaux, la Gnose, le savoir se perdrait à tout jamais et du chaos, il nous faudrait une nouvelle fois les retrouver. Comment imaginer la face de notre monde si toutes les archives de cette ville égyptienne étaient encore accessibles  ? Nous pouvons supposer qu’elles agiraient comme les éclats d’un phare éclairant et guidant les humains en pleine obscurité.  N’aurions-nous pas, alors, une vision plus globale et plus pertinente de la réalité, de la finalité  ?

mots
Flèche de Notre-Dame en feu

Je fais le rêve qu’un jour, toutes les richesses manuscrites inscrites dans les annales du grand Architecte reviennent à la conscience de notre 21ième siècle malmené  ! Le lundi 15 avril 2019, le premier jour de la semaine sainte, la flèche de Notre Dame de Paris s’est enflammée tout comme une salle de prière de la

Mosquée Al Asqua à Jérusalem

Mosquée Al Asqa de Jérusalem que peu de journaux ont évoquée. A Paris, c’est le grand livre de pierre qui par le feu s’est ouvert. Ce chef d’œuvre du Moyen Age est depuis plus de 850 ans dressé sur le site d’un ancien temple dédié à Jupiter. Dieu Gallo-romain du ciel, de la terre, il prend soin de tous les êtres vivants, de tous les autres dieux et ses attributs sont foudre, aigle et chêne, les signes de la puissance. L’une des plus grandes cathédrales d’Occident est exposée désormais aux aléas du temps, du vent et du Soleil. La mosquée, quant à elle, semble avoir été construite sur une structure hérodienne en forme de basilique classique. Y-a-t-il derrière ces faits, une coïncidence, une synchronicité  ? Quelque chose à comprendre que nous aurions oubliée  ?

Mais que tente de nous délivrer ces murs qui depuis des centaines d’années offrent à nos yeux aveuglés tant de messages gravés  ? La foi, la liberté  ?

Un langage oublié

Et si tous ces textes, ces sculptures en offrande avaient derrière leur corps et personnalité, de la Lumière à apporter. Nous pouvons briser délicatement la coquille du sens premier qui les tient liés et se délecter de l’inconnu des itinéraires bis peu fréquentés. Cela semble possible, des oiseaux, des oisons à une époque s’en sont chargés. Leurs mélodies surprennent et réenchantent notre discours dissocié de la finalité.
Essayons d’imaginer qu’une seule seconde nous soyons dans l’impossibilité de penser …

Que serait ce vide synonyme d’une mort annoncée, que signifie le  «  Je pense, donc je suis  » de Descartes, qui est ce je, issu d’un jeu où les correspondances s’établissent suivant un ordre bien établi  ?

Beaucoup de questions et peu de réponses jusqu’ici … Il s’agit de comprendre l’importance de ces mots que nous utilisons afin de nous définir et de créer notre réalité. Le mot avant de se poser sur le support qui le fixe et le fige pour l’éternité est un son, une vibration, une polarité. Comparons la lettre à une note de musique, le mot à une gamme, la phrase à un concert et le texte de notre vie à une œuvre musicale. Imaginons une vie au rythme du canon en ré majeur de Pachelbel  ! La voix par l’intermédiaire des mots que nous prononçons trace peut être la voie que nous ignorons.  Le mot pensé ou exprimé, à l’image de la graine alimentée du substrat adéquat, voit le bourgeon, le fruit se développer conformément à l’identité du plan sous-jacent. Tout un programme que de dialoguer  ! Nous savons que pour obtenir un met gourmand, gourmet, il nous faut avoir des ingrédients préalablement avec Amour sélectionnés.

motsLe substrat évoqué précédemment agit de façon identique. Pour catalyser la puissance de nos mots, quelques hormones suffisent et voici naître l’émotion qui selon sa nature fait vibrer la voix selon des fréquences spécifiquement différenciées. L’assaisonnement magique qui manque à nos demandes, à nos prières, c’est elle, cette grande Dame, l’émotion qui nous transporte, nous traverse, révolutionne notre chimie intérieure s’inscrivant au plus profond de nos cellules et au beau milieu de notre visage qui laisse apparaître sa colère ou le plus beau des sourires. Ce parfum subtil alimente notre vie bien plus que nous pouvons l’imaginer. La psychoacoustique, l’étude de l’impact des sons sur nos ressentis vient nous le confirmer. Hélas, il est facile aujourd’hui de nous le faire oublier. Pour nous détourner de la prise de conscience de cette réalité, tout est présenté tourmenté, affadi, truqué. Rien ne va, tout va mal, la moindre annonce nous coupe de nos sensations de bien-être et du questionnement légitime et fondamental concernant notre IDENTITE.

Dans les méandres du ON, oser le jeu du JE

Enfermé dans la prison aux murs hauts et épais façonné par la spirale de la peur, la peur de l’autre, de soi, du manque, de la différence, l’être humain, soutenu par les médias accessibles à tous moments via les indispensables portables, reste connecté au monde inconsciemment il se déconnecte de lui-même et du moment présent.  Cet instant, véritable cadeau est le seul à exister et à chaque seconde, renouvelé, il invite au lâcher prise afin d’en saisir la simplicité, la profondeur, la beauté pour mieux se retrouver. Cet instant offre à qui veut l’entendre sa propre mélodie pour qu’ensemble nous puissions, à l’unisson, jouer la plus belle des symphonies en cohérence avec notre Terre et le Monde. Rabelais nous conseille d’ailleurs de s’attarder sur la substantifique moelle, sur ce qu’il y a d’essentiel caché derrière les mots qui, dans un registre peu connu, disciplinés s’alignent suivant des correspondances très surprenantes.

Ce cheminement, faisons-le afin de trouver le pourquoi de notre présence sur cette planète que nous faisons tous trembler ou respirer. La diversité de nos tâches, de nos activités, de nos loisirs, de nos actes de consommateurs frustrés de ne pas avoir assez, enlève à nos sens, à notre raison, l’essentiel du Bonheur que nous cherchons en vain ailleurs. D’ailleurs, qu’est ce Bonheur ? Cela peut être la réponse aux questions essentielles de la Philosophie et de la Spiritualité. Que puis connaître  ? Que dois-je faire  ? Que m’est-il permis d’espérer  ? suggère Kant, ou tout simplement qui suis-je  ?

Comme dans Alice aux pays des merveilles, nous pourrions sortir de notre rêve, non sous une pluie de fleurs mais sous une pluie de chiffres et de lettres. Ces briques de la connaissance accompagnent le flux de l’impermanence de notre je/jeu sans que nous ne nous soyons vraiment demandé si ces outils alpha numériques n’avaient rien d’autre à nous apporter en plus des fonctions de quantification et description soutenant nos expérimentations de la quotidienneté. Nous les utilisons pour produire des formules, des textes, toujours plus et plus, afin de nous rassurer ou tout du moins essayer de contrebalancer l’incompréhension de notre destinée. Mais ces chiffres, ces nombres, ces lettres à l’origine de nos mots, de nos évaluations et interprétations ne détiendraient-ils pas comme nos gênes un programme intérieur sur lequel nous ne nous sommes jamais penchés, un héritage présent depuis toujours pour aider l’homme à comprendre et exister  ? Derrière tous ces symboles ne se cache-t-il pas une structure une Ame, un Esprit, une finalité  ?

A la Lumière et Sagesse du CŒUR

Il a résonné le temps de raisonner en conscience sur notre devenir d’être humain responsable agissant pour celui des générations à venir. Pourvu de sentiments, il a le nécessaire pour se distinguer de la machine à laquelle par l’intermédiaire de l’intelligence artificielle, il est confronté. Afin de retrouver une direction en adéquation avec le dessein premier, l’homme pour éviter l’impasse doit reprendre, sur des bases de connaissance vraie et absolue, non susceptible d’être soumise à interprétation, la voie de l’unité.

Que d’eau à couler depuis que la Science a voulu, la Spiritualité, remplacer  ! Aujourd’hui, par chance, les progrès de la physique viennent renouer les LIENS entre ces 2 entités. Aujourd’hui, elle confirme le fait que nous soyons tous connectés  ! Elle vient également nous dire que la masse de la plus petite entité présente dans notre monde contient la même masse d’informations que l’univers entier. Tout est dans tout. Quelle ingéniosité  !

Pour moi, le Grand Architecte est le plus grand des magiciens, le plus impressionnant des informaticiens que la Terre ait porté et ne portera jamais. Il est le programmeur du code source qui se trouve dissimulé dans tous les fichiers que représente l’ensemble des mots, sur la terre, utiIisés. IL est le plus attentionné des pères, la plus attentionnée des mères car par nos maux, ils s’expriment ensemble afin de baliser et d’aider à imprimer le chemin du programme propre à chacun, le centre, au sein même de la dualité.

A l’heure de la composition, le choix de l’ultime note

De nos gammes, de nos partitions dépend le futur, quelles sont les notes que vous allez chanter, celle de la compassion, de la joie, de la compréhension retrouvée ou celle de la tristesse, de la fatalité pour un avenir sans fleurs, oiseaux, Amour ni beauté  ?

L’heure est, je pense, à un nouvel apprentissage, à une nouvelle science. Une approche différente et unique qui guidant par la justesse d’un principe fondamental, mène à la paix de vivre ensemble et à l’humilité d’être en toute simplicité une note unique et non standardisée sortie de la dictature du on, synonyme d’impersonnalité et d’interchangeabilité. Une note ne demandant qu’à vibrer selon sa propre identité pour maintenir l’équilibre du tout avec intelligence, Amour et subtilité.

mots
Science et Spiritualité

Cessons de laisser nos mots douloureux et torturés déambuler dans les méandres synaptiques de notre cerveau, dit faussement premier. Ouvrons-les, ravivons-les à la douceur synoptique du cœur, à la Lumière de la Conscience, à la lumière douceur du cœur-conscience. Il est possible que les derniers siècles se soient exprimés, se soient imprimés et gravés afin de démontrer par l’expérience que la Science sans conscience n’est que ruine de l’âme pour reprendre Rabelais. St Exupéry, quant à lui, désire nous laisser le message que l’essentiel n’est visible aux yeux que par le soutien de notre cœur et de l’Amour qui en est la force et le vecteur. L’heure a peut-être sonné afin de permettre à l’être humain, en quête de vérité, d’en ouvrir lui-même les portes, celles donnant accès à une vision claire de ce que nous sommes tous venus chercher en ces temps et lieux compris entre notre naissance et le départ vers un ailleurs.

Par la possibilité d’extraire les mots de leur obscurité, de leur gangue, voici pour le joyau intérieur l’opportunité de nous éclairer, nous rassurer. Et telle l’étoile du berger accompagnant les rois mages, chargés de présents au pied du nouveau-né, cette pierre précieuse, cette œuvre philosophale, pourra nous apprendre que la perfection est celle de l’acception des imperfections sans culpabilité mais simple responsabilité. Entre l’ère du poisson et celle du verseau les portes du savoir se sont ouvertes, utilisons des clés offertes, avant qu’elles ne se referment, pour enfin comme le phénix renaître de nos cendres et à notre tour briller  !

Morale

Comme le dit Galilée  : «  On ne peut rien enseigner à autrui, on ne peut que l’aider à le découvrir lui-même  » avec en écho les paroles de Lao Tseu, «  Si tu donnes un poisson à un homme, il mangera un jour. Si tu lui apprends à pêcher, il mangera toujours  ».

Irène Méneur
Accompagnatrice de Bien-Être – Effet papillon
Tél.: 06 47 53 67 87

Pour en savoir plus :

Le songe de Poliphile
de Francesco Colonna – Éditions Pocket

danse libreLe Songe de Poliphile, publié en 1546, est l’adaptation par Jean Martin de l’ Hypnerotomachia Poliphili attribuée à Francesco Colonna et parue à Venise en 1499. Beaucoup de bibliophiles le considèrent comme le plus bel ouvrage de tous les temps du fait de sa mise en page audacieuse, de ses magnifiques bois gravés et de son ingénieuse typographie. 

L’œuvre met en scène la quête de Poliphile qui cherche sa bien-aimée Polia dans un paysage de ruines, de palais et de temples antiques. Ce texte a inspiré de nombreux auteurs, de Ronsard à Nerval en passant par Lafontaine. Si le parcours allégorique qu’il donne à voir et à lire reste mystérieux à bien des égards, il est riche d’enseignements sur l’amour, l’architecture, l’esthétique mais aussi la façon dont la Renaissance va penser l’idée de créativité. 

Francesco Colonna (1433-1527) était un moine dominicain vénitien. On lui attribue l’Hypnerotomachia Poliphili, paru à Venise en 1499, sans toutefois savoir si le nom de Colonna n’est pas un prête-nom. Il est également l’auteur de poèmes épiques dont Delfili Somnium (Le Rêve du dauphin), poème qui ne fut publié qu’en 1959. Il passa une partie de sa vie dans le monastère de Saint-Jean et de Saint-Paul à Venise. Le Songe de Poliphile, publié en 1546, est l’adaptation par Jean Martin de l’Hypnerotomachia Poliphili de Francesco Colonna. Procureur au parlement de Paris et diplomate, il est un écrivain méticuleux que Joachim du Bellay n’hésite pas à ranger dans la confrérie des Scève et des Ronsard. Jean Martin ne se contente pas de franciser le texte. Il l’adapte et intègre de nouvelles illustrations. C’est cette adaptation qui assurera le rayonnement de l’ouvrage, de Ronsard jusqu’à Gérard de Nerval. Professeur de littérature française du XVIe siècle à l’université de Haute Alsace-Mulhouse, Gilles Polizzi est un spécialiste du roman à la Renaissance (Rabelais, Béroalde de Verville), de l’histoire littéraire des jardins et de l’histoire du livre. Il a publié la version française de l’Hypnerotomachia Poliphili de Francesco Colonna (1499), adaptée par Jean Martin (1546) sous le titre Le Songe de Poliphile (Imprimerie Nationale, 1994). Il travaille à un ouvrage sur l’influence et la réception de cet ouvrage, de la Renaissance aux temps modernes, chez Rabelais, La Fontaine, Nerval jusqu’à Dalí et Marcel Duchamp.

 » Le plus beau livre de tous les temps.  » Umberto Eco

Préface inédite de Benoît Heilbrunn
Cet ouvrage reprend les gravures du XVIe siècle

Vous pouvez reproduire librement cet article et le retransmettre, si vous ne le modifiez pas et citez la source : www.energie-sante.net

Texte partagé par les Chroniques d'Arcturius - Au service de la Nouvelle Terre
---------------------------
Merci de visiter les sites qui nous soutiennent !