Toc, toc, toc, je suis là ; M’aurais-tu oubliée ?
Toc, toc, toc, tu es là ; Il est temps d’y penser.
Tu es simple chenille, nous sommes le papillon ;
Quand tout tremble et vacille ; Nos forces, réunissons !

Je souhaite te révéler, aux yeux du monde entier ;
Tu m’as placée sous cloche, enlève-la, s’il-te-plaît.
Pour toi, la vie est moche ; Veux-tu nous protéger ?
Pour moi, la vie est belle ; J’en connais le secret.

Sache que c’est ensemble, que nous pouvons changer,
Sache que c’est quand tout tremble, qu’il faut savoir oser
Sculpter la face du monde, aujourd’hui révolté ;
Il surfe sur les ondes, comment l’en empêcher ?
Sans vouloir chagriner, comment lui faire comprendre ?
Son pouvoir, ce qu’il sait, ils vont bientôt lui prendre.

yeux
Toi et moi

L’humanité attend, changeons les règles du jeu,
Nous sommes tous ses enfants, l’honorer, c’est bien peu.
Absent de ton présent, ton esprit est ailleurs,
Reviens-moi, maintenant, délivre-toi de la peur.

Quitte tous tes écrans, pour écrire le Bonheur,
Croque la vie à pleines dents, apprécie ses saveurs !
Au début difficile, je le comprends fort bien ;
M’adapterai au tactile pour recréer le lien.

Pour qu’enfin, toi et moi, puissions-nous retrouver,
Dis-moi sur quel media, je puis te contacter.
Je resterai discrète, je puis te l’assurer ;
S’il-te-plaît, sois honnête, ose me regarder.

Regarde ton miroir, tu te rapproches un peu !
Je suis là, quelque part ; Regarde-toi dans les yeux,
Ma photo de profil, sera ton plus beau rêve ;
T’inquiète-pas, c’est facile : accorde-toi, une trêve.

Ce sera comme un trait, sur lequel avancer,
Ce rêve, je le connais ; De moi-même, il est né.
De ta liste de messages, je suis le plus précieux :
Apprendre à être sage, te rapproche des cieux !

Regarde dans tes spams, lis bien tous mes courriers ;
C’est souvent, où est l’âme ; qu’elle puisse ressusciter !
Evite la corbeille, prends cela au sérieux,
Il est temps que tu veilles, je veux te voir heureux !

yeux
Famille connectée

De ton groupe d’amis, je suis le plus chanceux,
De ta belle famille, le plus tempétueux,
Je te suis, en silence ; Je veille, mon ami.
Voilà, ta plus belle chance, au cœur de tes soucis.

Vouloir te faire comprendre ; Qui tu es, où tu vas ;
Cela peut te surprendre, mais la vie, c’est comme ça.
Quand tu es sur la voie, quelle félicité ;
Quand ce n’est pas ton choix, que d’électricité !

Fie-toi aux émotions, à ce que tu ressens ;
Tout n’est que relation, dans ce monde innocent.
Les maux qui sont les tiens, je les ai concoctés,
Pour que sur ton chemin, tu puisses te replacer.

yeux
La voie

Pour que tu me comprennes, ils s’habillent de mille formes ;
De ta vie, prends les rênes, pour épouser ta norme.
Si tu caches les symptômes, ou que tu les ignores,
Ils joueront les fantômes, et deviendront plus forts.
Ton mal être est aussi, un de mes messagers ;
Quand tu te réjouis, c’est ta réalité.
Alors, réveille-toi, c’est la normalité !

Pour soulager ton corps, soyons bien accordés ;
Il est ton seul décor, urgent d s’en occuper.
Une troupe de théâtre, toujours, s’en préoccupe,
Elle attend ton Amour, pour accomplir ton but !

yeux
L’âme du violon

Tout comme pour le violon, c’est moi qui fais vibrer.
Branche ton diapason, partageons le secret !
Je suis ta vérité, inutile de tricher ;
Je fais tomber les cartes, quand le « Je » est plombé.

Comme le petit Prince, je vais te questionner
Donne-moi les réponses, je suis très entêtée.
Je viens du grand espace, nu de simplicité ;
Sache que tout s’y passe, avant même d’être né.

La présente conscience, tente de t’expliquer,
Embrasser ton essence, n’est pas si compliqué.
En ce moment précis, offre-toi ce cadeau,
Rejoins notre pays, il est doux et si beau.

Quitte le virtuel de la technologie,
Chez moi, habituel, je te parle en wifi.
Tout ce qu’on te fit croire, de ce monde avancé,
Tout ça n’est qu’illusoire et te fait régresser.

Toutes les capacités qu’on te vante haut les mains
C’est pour t’emprisonner, te faire mourir demain.
Toutes les aptitudes, des robots aujourd’hui,
Tu les as, certitude, mais on ne te l’a pas dit.

Classé secret défense, il faut tout oublier,
Qui tu es, ton essence et tes capacités.
Avant que tu ne tombes, dans ce piège ennemi ;
Laisse tous ceux qui comptent, reviens dans la vraie vie.

En ce moment précis, offre-nous ce cadeau,
Referme tes paupières, apprécie tes yeux clos.
Dans cet espace privé, en cet instant béni,
Tu peux tout y trouver, pour toi, tout est permis.

Dans ce sas de secours, toutes éventualités,
Trouver jour après jour, ce qu’est ta vérité.
Réfléchir, t’endormir ; c’est à toi de choisir,
Souffrir ou réécrire, c’est à toi de mourir !

Laisser ce que tu crois à tout ce que tu vois,
Changer de référence pour reprendre ta dance.
Passons donc aux aveux, soyons, un peu sérieux ;
Comment être heureux, en fermant les deux yeux ?

Et pourquoi les ouvrir ?
As-tu vu l’éléphant que le boa a mangé ?
As-tu vu le mouton, dans la caisse enfermée ?
Ton enfant intérieur a toutes ces aptitudes,
Ton rêve est supérieur à toutes tes habitudes.

yeux
Brisez vos chaînes

Attacher l’animal, le museler, quel graal !
Ne comprends donc tu pas, qu’avec ces idées-là,
Tu t’empêches de voler, de te réaliser.
Aujourd’hui, quitte tes chaines, ballade-toi sur la scène.
Quitte tes écouteurs pour vivre en vraie grandeur.

Tu as beaucoup d’espace, dans le monde extérieur,
J’ai un peu moins de place tout au fond de ton cœur.
Pour éviter l’impasse, laisse parler les fleurs,
Avant que tu ne trépasses, sous le poids de la peur.

Changer de perspective, oser ton opinion ;
Toute chose est relative, oses-tu notre son ?
As-tu tout vérifié, tout ce qui t’est donné,
Avant de te juger pour mieux nous accepter ?

Et pourquoi, et pourquoi, dit l’enfant constamment,

Est-ce parce que tu fredonnes, une vérité facile
Ou parce qu’il soupçonne, tes doutes inutiles ?
Et pourtant, ils te rongent, mais comme tu es poli,
Tous ces petits mensonges, tu courts, tu les oublie.

yeux
Éclats de rire

La colombe sur le toit, souhaite tout comme moi,
Entendre dans les foyers, amour et Paix jouer.
Adieu les dictateurs, que reviennent les facteurs.
Que les éclats de rire remplacent les soupirs.

Les mots qui sont les miens, je veux te les chanter,
Du silence opportun, il te faut écouter.
Ils t’aideront toujours à embrasser l’Amour,
Celui que tu recherches semble des plus interdits.
Celui qui t’en empêche, ailleurs, s’en réjouit.

On t’a fait croire, un jour, qu’il fallait concourir,
Hélas depuis toujours, on veut tout endormir.
Les croyances vont bon train, elles barrent ton chemin.
On t’a fait croire un jour, qu’il fallait dominer
Que sans cela l’humain, ne pouvait subsister

Auteur, La Boetie ne serait guère surpris,
De son temps lui aussi, il avait bien compris.
Tout comme d’Alembert, au siècle des lumières,
Qui souhaite que l’humain, puisse être reconnu,
Quand d’un saut dans l’espace, il franchit l’inconnu.

Ils souhaitent dans les classes, voir l’encyclopédie.
Tout comme Diderot, partager l’érudit.
Où se cache le savoir, où peux-tu bien le voir,
Si ce n’est dans des lieux, invisibles à tes yeux.

Que dire de ces ouvrages, jugés trop fallacieux
On a fermé les pages, c’était bien trop précieux.
Faut-il du courage, pour défendre tes idées,
Ou peut-être folie, pour défendre les oublis !

yeux
Livres interdits

Des livres aujourd’hui, sont encore non traduits,
Que disent-ils, donc, mon frère, pour qu’il en soit ainsi.
Y-a-t-il des codes qui t’échappent encore,
Il n’est plus à la mode, de changer ce décor !

Humain, peut-on laisser, partir à la dérive,
Toutes ces vérités, dont hélas on te prive.
Il n’y a pas de honte, à revenir en arrière,
Quand on voit qu’un modèle, te mène vers la guerre.

Que font les plus grands pontes, peuvent-ils être sincères,
A qui sont-ils fidèles, en oubliant leur Père ?
La science, à remercier, a franchi des limites.
A reconsidérer en termes de conduite.

yeux
Génétique – ADN

Que dire en génétique, où l’on joue les sorciers …
Où est passée l’éthique, les remords, les regrets.
Peut-on manipuler, les gènes des humains,
Peut-on manipuler, sans penser à demain ?

Certaines revues techniques peuvent te renseigner,
Mais il y a un hic, absentes de ton chevet.
Au Japon, on marrie, les robots aux humains,
Ils peuvent choisir aussi, en termes de gamins.

yeux
Mariage robot-humain

Nous sommes dans la vraie vie et non à la télé !
Humain, réveille-toi, tu perds tous tes pouvoirs,
Humain, réveille-toi, avant qu’il ne soit trop tard !
Veux-tu te réveiller, un jour catastrophé,
De te voir entouré, de machines piratées,
De te voir contrôlé par des ordinateurs,
De t’entendre parler aux algorithmes sans cœur ?

Bonjour, science-fiction, elle t’a bien attrapé ;
Comment sans rébellion, pouvoir t’en séparer ?
Sophia en Arabie, obtient tous ses papiers,
Pour vivre comme toute fille, en pleine citoyenneté.

Je pense qu’il est urgent, de raisonner sainement,
De poser, il est temps, tous nos conditionnements.
Avant de se quitter, avant l’enterrement,
Trouver l’égalité comme simple fondement.

Les enfants à venir, tu en es responsable
Que vont-ils devenir, sans émotions capables !
Crédule, réveille-toi !  Quitte tous les refrains,
Crédule, affranchis-toi ! L’’avenir est dans tes mains,
Au secours, libère-toi, de ces facilités ;
Au secours, libère-moi, tu peux encore gagner.

Tu es plus fort que tout, tes gènes te le disent,
Tu es plus fort que tout, mes mots te le traduisent.
De simples et nouveaux codes vont bientôt arrivés,
De nouvelles méthodes vont te réconforter.

Sois patient, je t’appelle, le jeu en vaut le prix,
Sois heureux et fidèle au cadeau de la vie.
Si parfois, tu t’attelles à de l’inimportant
C’est que notre réel devient insignifiant.

Secoue-toi, je t’en prie, je nous veux, réunis !
Secoue-toi, je t’en prie, je nous veux accomplis !
Si cette fois, je m’insurge, c’est qu’il faut le crier
Notre grand démiurge, vient nous solliciter,
Afin de recréer et cela au plus vite,
Toutes les conditions de notre érudition ;
Afin de démontrer et cela sans limite,
Toutes les relations que nous entretenons.
yeux
Le champ

Il a été prouvé, qu’entre vous, rien n’est vide,

Et que vous êtes liés, par un champ intrépide
Si vous ne le savez pas, vous ne pouvez pas comprendre,
Comme vous n le voyez pas, il ne peut que surprendre.

Il change tout entre vous, toutes organisations,
Il change tout entre vous, toutes les implications.
C’est une bonne nouvelle, quand vous le comprenez,
Relation aussi belle qu’elle est insoupçonnée.

Peu importe la distance, quel que soit ton endroit
Tu es de la fréquence, reliés tu resteras !
Que dire de notre cœur, que tu croyais shadock,
C’est tout à son honneur, le cerveau, il convoque.

Parce qu’ensemble réunis, ils nous changent la vie,
Parce qu’ensemble réunis, tu contrôles ton ici.
Pourquoi dissimuler, le rôle de l’émotion ?
Elle joue, à elle seule, toute la partition !

yeux
Imagination

Et l’imagination, que peut-elle apporter,
On te l’a censurée, il ne faut pas rêver !
Et pourquoi ne pas voir, l’éléphant dans le boa,
Pourquoi devoir rester, dans tout ce que tu vois ?

N’est-ce pas trop demander, à tes enfants parfois ?
Même pour un adulte, qui se prend au sérieux,
N’est-ce pas trop inculte voire même dangereux ?

yeux
Bonnes et mauvaises nouvelles

Imagine qu’un soir, que ton un unique devoir,
Serait de percevoir, l’Amour dans le noir !
Te mettre en quarantaine, des mauvaises nouvelles,
Semer de puissantes graines, joueuses et moins rebelles.

Pour enfin rencontrer, l’espoir et la beauté,
Pour enfin arrêter, de tous nous malmener.
Pour soulager tes peines, la vie est bien trop belle,
Permets-toi donc la joie, d’être seuls, toi et moi,
Permets-toi donc, l’Amour à mettre dans le jour.

Pourquoi cours-tu si vite, qu’est-ce que tu évites,
Mais de quoi as-tu peur, si ce n’est du Bonheur !
Il t’attend, il est là ; il n’attend plus que toi !
Pourquoi se disperser, tu n’es jamais tout seul !
Vous êtes tous reliés, même au-delà du linceul !

Repenser notre monde, comme les peuples premiers,
Idée des plus fécondes, à réévaluer.
Pourquoi, Elianta, protège la forêt,
D’un philosophe, peu sage, qui veut tout bouleverser ?

La vérité est dite, on s’est purement planté,
Le ptit prince émérite, peut encore tout changer !
Que font toutes ces personnes, elles se sont oubliées,
Devant leurs séries-cultes, elles épargnent leurs projets.

yeux
Communiquer

Elles oublient qsur la terre, elles peuvent communiquer,
Elles peuvent en être fières, elle les a engendrées.
Elle est la sagesse même, pourquoi tel irrespect,
Le rêve qu’elle fait pour vous, est participatif,
Ensemble, alignez-vous ; Redevenez actifs !

La vie, chaque jour, elle sème ; et vous la détruisez !
Son souhait est que l’on s’aime ; et vous la détestez !
Tout comme les baobabs, tu te crois important,
Chaque jour, elle vous honore, et toi, tu la démens !

Avec toutes les racines de notre négligence,
L’Amour, on extermine, par notre grande absence.
La vraie seule importance, qu’il y ait de la fréquence,
Prise où pouvoir brancher ton portable, épuisé.

Cet objet de malheur fait oublier les fleurs,
Il emporte les cœurs et multiplie les pleurs.
Pourquoi, toutes ces fonctions, toutes ces applications,
Maintenant, en direct, tu vois toute la planète.

Mais où sont donc tes proches, ce sont des inconnus ?
Il y a quelque chose qui cloche, tu ne les vois même plus !
Pourquoi, toutes ces fonctions, toutes ces applications ?
Trouver les solutions, elles vous les donnent toutes faites,
Oui, avant nous pensions, c’est notre plus grande fête !

Il faudrait une coupure du réseau électrique,
Pour créer la censure de ce vent de panique.
Laisse les jeux vidéo, ils polluent ton cerveau,
Lâche tes supers manettes, ce sont des trouble-fête.

yeux
L’Elfe du bonheur

Oublie toute cette violence, tu es bien plus que ça,
Développe tes compétences, et tu seras le roi !
Le voyage du héros, il se passe bien ici ;
Te dire en quelques mots, c’est le but de ta vie !

Les armes sont différentes, les combattants, aussi ;
Violence inopérante, le combat, on oublie !
Ton enfant intérieur veut te le faire comprendre,
Ta vie en mode stupeur, l’empêche de te surprendre …

A coup d’informations, de scoops télévisés,
Que de belles inventions pour tenir enchaînés.
Maintenir dans la peur, le plus subtil malheur !
Eloigne toutes ces horreurs pour en sortir vainqueur !

Avec tout c que t entends, sortir seul pas question,
Vaut mieux rester dedans, bénie télévision !
Du soleil et des bois, il faut te protéger,
Uv, tiques à la fois, il te faut éviter.
S’abrutir à la tâche, sans parole, sans relâche,
Dormir pour travailler, c’est ainsi, c’est parfait.

Le mythe de la rolex est toujours bien ancré,
Tous les anciens codex valent plus que ces objets.
Avoir pour être, c’était la solution,
Pouvoir paraître, quelle désillusion !

A la caisse, le sourire, bientôt, tu ne verras plus ;
Tu n’auras rien à dire, tout aura disparu.
Ces rayons de soleil, on aura supprimé,
Des caméras surveillent, rien ne peut t’arriver.

Ne comprends donc tu pas, que cela n’a pas de sens,
Qu’on essaye ici-bas, d’enlever ton essence !
Nous sommes faits pour être UN, hier, aujourd’hui, demain !
Nous sommes des humains, donnons place à chacun.

yeux
Marché en Inde

Pourquoi quand certains jettent, d’autres demandent et quêtent,
Elle est belle la logique, du monde économique !
Des gens marchent aujourd’hui, pour rétablir la vie !
D’Inde, ils sont partis ; sur les traces de Gandhi !
Ils désirent la paix, pour le monde rassembler,
Ils marchent vers Genève, ils marchent vers leur rêve.

Ce rêve est en nous tous, on nous l’a enlevé ;
Peux-tu, le faire revivre en étant qui tu es ?
Ce n’est pas utopie, mais stricte réalité ;
S’écouter, est-ce folie ou pure vérité ?

Les humains ralentis, à coup de psychotropes,
Inhume leur propre vie, tout cela, pour être au top !
Ne veux-tu pas comprendre ce que tu fais ici,
Ne veux-tu pas apprendre les règles de la vie ?

Contacter la nature, éviter la rupture,
Ecouter et sentir ; s’écouter ressentir !
Regarde les couleurs, au-delà du noir et blanc,
Elles sauvegardent toutes en chœur, les joies de ton présent.

yeux
Respect de la Terre

De tes mains, touche la terre ; de tes doigts, sculpte-la !
Elle est ton seul repère, de ton cœur, honore-la !
Grâce aux arbres, tu respires, pourquoi les mépriser ?
Etreints les plus souvent, juste remerciement !

Pourquoi les oiseaux chantent, te l’es-tu demandé ;
Quand tu le comprendras, ta vie : réenchantée !
Parmi eux, l’oiseau lyre, il connaît le langage ;
Il répète tous les sons, les pose sur la page.

Qu’as-tu donc oublié, adulte, de l’enfant sage ?
Se le remémorer ? Sérieux apprentissage.
La vie est un vrai jeu, pour pouvoir la jouer,
Et être enfin heureux, il faut être initié.

Les règles, elles sont connues et pourquoi retenues,
Pourquoi autant de peur, quand vibre le malheur ?
Il s’agit de boucher le trou de la sécu,
Pourquoi garder les clefs du Bonheur absolu ?

Sois le héro du jour, fais raisonner l’Amour,
Mets-le sur ton parcours, aujourd’hui pour toujours !
Si chacun d’entre vous, écoute cette voix,
En un clic, fantastique, la vie résonnera.

Pour que la paix résonne, il faut que tu sois « homme »,
Il te faut pour cela, réunir toi et moi !
Si tous deux réunis, nous chantons un même son
Le cadeau de la vie, ensemble porterons !

Il y a surement, volé, caché, aux yeux de tous,
Une simple vérité qui nous rassemble tous !
Tous ces mots que tu lis, ont un pouvoir aussi,
Tous les chiffres réunis, les regroupent par magie.

yeux
L’espérance de la boite de pandore

Pour une fois ouverte, et satisfaire la quête,
La boîte de Pandore va offrir ses trésors.
Pour retrouver l’espoir, il faut enfin comprendre,
Pour tous sortir du noir, il faut tout réapprendre !

Une vérité facile, accessible à chacun,
Humble, douce et docile, elle en surprend plus d’UN.
Les plus belles des techniques jamais imaginées,
Elles nous posent un hic, incroyable mais vrai.

Elles nous montrent qu’avant nous, tout était déjà là,
Désormais, aucun doute, le UN est toujours l’A.
Apprenons du renard : Ne voir qu’avec le cœur,
Rattrapons le retard, chantons tous le, en chœur !

yeux
Lettres et chiffres

Au-delà de vos chiffres, c’est ce que vous verrez,
Au-delà de vos lettres, c’est ce que vous lirez.
D’un élan alchimique, seul retrouver l’UNIQUE,
D’un pouvoir personnel, toucher L’UNIVERSEL !

Pourquoi me direz-vous ? Mais pour être fiers de vous !
Pour inverser le croire et toucher le SAVOIR,
Et sortir des méandres du tout aléatoire ;
Pour enfin réapprendre à écouter, lire et voir !

Savoir l’intelligence, veiller à nos côtés,
Avec simple diligence et pieuse humilité,
Redonne l’élégance de notre humanité.
Comprendre où Elle se trouve, on vous l’avait permis,
Mais là, les mots le prouvent, ils savent, ils ont bien DIT.

Irène Méneur
Accompagnatrice de Bien-Être – Effet papillon
Tél.: 06 47 53 67 87
Vous pouvez reproduire librement cet article et le retransmettre, si vous ne le modifiez pas et citez la source : www.energie-sante.net

Votre contribution volontaire aide à maintenir ce site ouvert.
CLIQUEZ ICI POUR CONTRIBUER
Merci

Texte partagé par les Chroniques d'Arcturius - Au service de la Nouvelle Terre
---------------------------
Merci de visiter les sites qui nous soutiennent !