Le langage des SMS ne fait pas diminuer la qualité générale du français, contrairement à la croyance populaire. C’est ce que confirme la linguiste belge Louise-Amélie Cougnon, qui se penche sur cette question depuis quelques années. « Au contraire, on remarque un enrichissement dû au fait que les nouvelles générations maîtrisent différents codes graphiques et savent s’adapter à différentes situations d’écriture. »

Même si, en 2005, les chercheurs remarquaient bel et bien une baisse du niveau orthographique des étudiants, elle ne serait toutefois pas attribuable à l’influence du numérique. « On ne peut pas prouver qu’il y a un lien entre le numérique et la diminution de la qualité du français écrit, observe Louise-Amélie Cougnon. L’étude la plus importante sur le niveau orthographique a été réalisée il y a 12 ans et montrait une différence importante entre les élèves du nouveau millénaire et leurs prédécesseurs des années 1986 et 1987. Toutefois, c’était avant l’arrivée massive des réseaux sociaux dans nos vies, autour de 2007 et 2008. Cette baisse était donc attribuable à d’autres facteurs. »

Les études actuellement menées par Louise-Amélie Cougnon dans toute la francophonie démontrent pour l’instant qu’il n’y a pas en ce moment de baisse substantielle des compétences à l’écrit chez la génération ayant grandi avec les nouvelles technologies.

On remarque plutôt une “pluricompétence”, c’est-à-dire une capacité à varier le code orthographique en fonction de la situation d’écriture. Les élèves sont capables de passer du code d’écriture formel au code du SMS en un tournemain. Ils sont capables d’adapter leur écrit en fonction de divers contextes.

 Louise-Amélie Cougnon

L’impression de voir la qualité diminuer est peut-être due, selon la chercheuse, au puissant retour de l’écrit dans nos sociétés, qui rend les écritures fautives plus visibles que jamais. « On n’a jamais autant écrit que maintenant. Il y a donc une plus grosse traçabilité de l’écrit, ce qui crée un effet de visibilité incroyable des erreurs d’écriture, mais les gens n’écrivent pas nécessairement moins bien qu’avant. Par ailleurs, s’il y a baisse des qualités orthographiques, on remarque une hausse de la compréhension de la logique d’un texte et de la construction de paragraphes. C’est peut-être aussi dû à la culture numérique, qui plonge l’internaute dans la lecture quotidienne de nombreux textes. »

Source: http://ici.radio-canada.ca/


ATTENTION: Votre discernement est requis par rapport à ces textes.
♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥

- POSER UN GESTE D'AMOUR -
Une contribution volontaire
aide véritablement à maintenir ce site ouvert
et ainsi vous devenez un Gardien Passeurs en action.
CLIQUEZ ICI POUR CONTRIBUER
Merci

Texte partagé par les Chroniques d'Arcturius - Au service de la Nouvelle Terre