Après qu’EDF a identifié des problèmes de soudure sur une vingtaine de générateurs de vapeur en France, l’Autorité de sûreté annoncera d’ici un mois si elle fermera ou non des établissements.

Les défauts potentiels de composants nucléaires concernent cinq réacteurs “au minimum” sur le parc français, indique le président de l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) dans Le Figaro de jeudi 12 septembre 2019, rappelant qu’il peut décider leur fermeture si nécessaire.

EDF avait annoncé cette semaine que les procédures prévues n’avaient pas été respectées par sa filiale Framatome lors d’opérations réalisées “sur certaines soudures de générateurs de vapeur”, de gros composants des centrales, lors de leur fabrication. “Une vingtaine de générateurs de vapeur sont potentiellement concernés, cela veut dire une petite partie du parc nucléaire français. Mais à ce stade, l’inventaire des équipements de Framatome qui sont touchés n’est pas encore établi”, rappelle le président de l’ASN, Bernard Doroszczuk.

Un arrêt envisagé “si nécessaire”

“EDF a prévenu qu’il précisera dans une semaine environ le nombre d’équipements touchés” mais “au minimum, cinq réacteurs nucléaires sont concernés par ce problème. Ce n’est donc pas terminé”, ajoute-t-il, cité par le quotidien.

L’Autorité prévoit de statuer dans moins d’un mois, avec la possibilité de “prendre des mesures conservatoires qui pourront aller jusqu’à l’arrêt des réacteurs si nécessaire”, a rappelé Bernard Doroszczuk. L’ASN peut en effet décider à tout moment de l’arrêt d’un réacteur pour des raisons de sûreté. En 2017, elle avait ainsi provisoirement stoppé les quatre réacteurs de la centrale du Tricastin (Drôme) le temps que des travaux soient effectués sur le site.

[Source] https://www.sciencesetavenir.fr/


Texte partagé par les Chroniques d'Arcturius - Au service de la Nouvelle Terre
---------------------------
Merci de visiter les sites qui nous soutiennent !