Je Suis Omraam. Sois bénie.

Burnout, malaises, mal-être, « trop » empathiques, « trop » sensibles, somatisations de votre corps physique, douleurs chroniques irrésolues, grosse fatigue, envie de rien sauf de ne pas être là où vous êtes, accélération du rythme cardiaque, insomnies, absences mentales, sentiment d’être en décalage avec votre entourage, sensations de vibrations dans le corps… arrêts maladies à répétition, gros ou petits bobos répétitifs, contre-temps qui s’enchaînent…. Vous allez mal ! et pourtant vous n’êtes pas malades !

Il est certes important de vous assurer de soulager les désagréments physiques, physiologiques, et psychiques et prendre la mesure de votre état d’être auprès de votre médecin, mais sachez que pour la plupart d’entre vous allez bien. Vous allez très bien, au contraire de ce que vous croyez en vous fiant aux apparentes sensations désagréables que votre corps vous envoie. Vous sauriez cela si vous considériez que tous ces symptômes sont les sonneries de votre âme qui vous invite à vous réveiller.

Que ce soit un mal-être ou un inconfort circonstanciel ou structurel ; c’est là pour une bonne raison : vous réveiller à vous-même !

Vous pouvez choisir de mettre un pansement dessus, de le recouvrir en disant « ça va passer », « j’en ai vu d’autres », « ça ira mieux demain » ou encore « c’est comme ça, on n’y peut rien, ça fait partie de la vie » … vous pouvez choisir de prendre des comprimés, ils ont leurs effets, pour dormir, pour ne plus avoir mal, pour moins penser … c’est une aide à un certain stade. Vous pouvez choisir de faire encore plus de choses dans votre journée pour ne plus penser que quelque chose ne va pas, et vous pouvez aussi choisir de rester là et attendre… Vous pouvez faire plein de choses qui vont camoufler ou détourner votre attention des véritables causes de votre état d’être-mal… comme par exemple continuer de regarder les médias qui assènent en permanence des messages de peur et d’anxiété dans chaque journal, dans chaque film ou reportage animalier ou environnemental qui se termine par un message ‘catastrophe’ systématiquement, dans chaque émission de divertissement, Ah oui « divertissement » c’est bien le mot… de quelle attention êtes-vous divertis ?…

Oui, vous pouvez faire ces choix…

Vous pouvez choisir de vivre avec un/e partenaire qui ne correspond plus à qui vous êtes aujourd’hui ;

Vous pouvez choisir de rester dans un travail qui ne correspond plus aux valeurs de qui vous êtes aujourd’hui ; vous pouvez choisir de ne rien choisir ou choisir de rester dans cet état d’être en semi-sommeil, où vous subissez quelque chose dans un ou plusieurs domaines de votre vie…

Vous pouvez faire tout cela, mais c’est votre choix. Vous pouvez continuer d’être sourd à l’appel de votre âme, et c’est votre choix.

Mais si vous voulez faire le choix d’un autre point de vue, voici :

La société dysfonctionne, pas vous ! la société est malade, pas vous !

Vous n’êtes pas « TROP » sensible, faible ou fragile. Vous êtes un être sensible, empathique et porteur de valeurs, d’un autre idéal. Vous êtes constitué de capteurs sensoriels hautement évolués et qui vous crient que le monde tourne à l’envers, qu’il y a un « trop plein à vider » pour pouvoir vous éveiller à Qui vous êtes vraiment, et que peut-être la vérité est à l’opposé de ce que vous croyez ou de ce que la société accepte comme ‘normal’.

Quand vos capteurs sensoriels transmettent l’information à votre corps cela se fait par une vibration dissonante, dysharmonieuse, entropique créant ainsi la réalité de l’inconfort, du mal-être ou du malaise, le douloureux du malaise. Et cette vibration est autant en dehors de vous, venant du monde extérieur, qu’en dedans de vous, en résonnance ou en dissonance avec ce que vous vibrez vous-même. Comme vous ne pouvez pas changer le monde extérieur, c’est donc votre propre vibration qu’il vous faut changer.

Et tout cela est là pour vous dire que vous ne regardez pas au bon endroit. Le bon endroit étant VOUS :

  • Les informations contenues dans votre champ d’information électromagnétique (mémoires, émotions, conditionnements limitants, schémas répétitifs …)
  • Vos besoins profonds auxquels vous n’avez pas encore répondu
  • Votre regard intérieur qu’il est temps de détourner de l’extérieur
  • Votre connexion à vous, à votre Soi supérieur, à votre cœur

Il n’y a pas de médicament pour cela, pas d’opération chirurgicale, pas de solution venant de l’extérieur comme par exemple attendre que les autres changent. Non.

Il y a le choix de vous offrir un cadeau. Il y a votre volonté, votre reconnaissance de qui vous êtes, votre courage, votre persévérance, votre alignement vertical à votre Soi Supérieur… Tout cela passe aussi par l’attention que vous pouvez porter à votre énergie, à votre vibration. Votre enclenchement à changer de regard, votre bienveillance envers vous-même…

C’est une autre forme d’hygiène de vie bien plus importante que les nombreuses douches, bains et toilettes que vous accordez à votre corps. Car c’est l’hygiène de la conscience !

Avez-vous vraiment plus peur de vous-même, de votre vérité intérieure que de la pire des nombreuses vérités négatives présentes en ce monde ? Mais ce monde vous le créez, car ce qui est à l’extérieur est comme ce qui est à l’intérieur. Par le refus de voir qui ce qui est enfoui en vous, invisible, inavoué, souffrant, nié, réprimé, détourné… c’est cela qui crée votre monde et la réalité qui vous entoure. Le dehors n’est que l’écho du dedans…

Les clair-ressentant, comme Laure mon canal, savent très bien vous expliquer ce qu’il en est. Laure :

  • Laure :

Quand je rencontre quelqu’un connu ou inconnu, quand je croise un regard dans la rue, à une caisse de supermarché, quand je parle à quelqu’un au téléphone, quand j’embrasse mes amis …. S’ils portent une émotion (et tout le monde en porte la plupart du temps) de colère, de peur ou de tristesse, je la capte, je le ressens, comme si elle sautait de la personne à moi, fermant mon chakra de la gorge et me faisant ressentir une sensation très désagréable.

S’ils portent une blessure profonde de l’âme, une estime d’eux très faible ou une souffrance, il arrive que je pleure avec intensité, ressentant le type de blessure qu’ils portent.

S’ils portent une énergie ou une forme d’énergie négative ou de basse vibration, je la ressens. Où que j’aille, je ressens les énergies qui sont portées par les gens. Si les gens avaient conscience de ce qu’ils portent en eux, dans leur champ vibratoire, beaucoup des dysfonctionnements du monde extérieur se dissiperaient d’eux-mêmes. Cela ne se mesure pas à la gravité des événements vécus, mais à la façon dont ils ont été vécus et à l’accumulation de nombreuses vies dont nous transportons les effets. Et alors que nous prenons soin lorsque nous sommes enrhumés d’éviter d’être contagieux, nous n’avons pas conscience de la contagion de nos états d’être. Terminé.

Merci Laure de ton témoignage. J’espère que cela permet d’éclairer les consciences, d’orienter les regards au bon endroit, c’est-à-dire vers l’intérieur de soi, et d’ouvrir les cœurs. Car chers Cœurs, cela n’est pas un jugement, c’est un constat, alors autorisez vous à vous libérer de cela, et choisissez de ne plus déplacer, transporter ou déposer votre négativité (énergies, humeurs, émotions, blessures …) sur votre entourage.

C’est une question d’hygiène énergétique, d’hygiène de la conscience, et c’est avant tout une question de respect de soi. Lorsque vous faites votre toilette, vous n’avez pas honte de votre transpiration, de la poussière sur votre peau ou de la feuille de salade coincée entre vos dents ! et bien il en est de même pour votre énergie-conscience qui est votre champ électromagnétique. Il faut le nettoyer sans juger ce qui l’a sali (émotions, blessures existentielles, schémas répétitifs, blocages, énergies négatives…). Nettoyez votre énergie-conscience sans vous juger et vous y verrez plus clair dans votre conscience, vous pourrez constater que vous n’êtes pas malades, que vos somatisations face au monde qui vous entoure sont justifiées, que votre corps a bien raison de réagir et que vous avez raison de ne plus pouvoir accepter l’inacceptable… Mais le message du corps n’existe pas pour que vous le fassiez taire à coup d’anti-bobo, mais pour que vous voyiez ce que vous pouvez changer en vous.

Rappelez-vous les temps du Moyen-âge et de la Renaissance, il y avait beaucoup de maladies, d’épidémies et de contagions. Savez-vous d’où cela venait ? de l’absence d’hygiène corporelle et collective des villes. Voyez l’ampleur que cela a pris dans certaines circonstances, des épidémies et des milliers de morts. C’est un peu comparable aujourd’hui à la différence que le manque d’hygiène n’est pas corporel, mais énergétique et touche tous vos corps subtils (émotionnel, mental, astral, causal…) et souvent lorsque cela atteint le corps physique, passant de l’état ondulatoire à l’état particulaire, c’est la maladie, la psycho-somatisation, le mal-être.

Je Suis Omraam Mikhaël Aïvanhov,

Recevez mon Amour et ma Lumière.


Votre contribution volontaire aide à maintenir ce site ouvert.
CLIQUEZ ICI POUR CONTRIBUER
Merci

Texte partagé par les Chroniques d'Arcturius - Au service de la Nouvelle Terre
---------------------------
Merci de visiter les sites qui nous soutiennent !