Souvent nous croyons que réfléchir est source de souffrance : revenir sur soi, penser à soi, être conscient de soi, c’est s’imaginer soi-même, se juger soi-même et donc potentiellement, nourrir une douleur. On dit que se renfermer sur soi, s’introvertir, c’est se regarder le nombril et se couper du réel.

Mais ces retours sur soi ne sont pas de vrais retours sur soi. Ce sont des formes d’extraversion puisque qu’on ne fait pas retour sur soi, mais sur une image de soi. Ces formes de prise de conscience de soi ne sont jamais que des consciences d’objets. Simplement, au lieu de prendre conscience d’un objet extérieur ou publique, on prend conscience d’un objet intérieur et privé.

Le véritable retour sur soi est le retournement du regard vers le regard même, selon le conseil offert dans ce tantra, l’un des plus anciens du shivaïsme :

Si l’esprit extraverti est retourné,
saches qu’il n’habites plus dans le monde.
Ici, il n’y a ni intérieur ni extérieur,
ni centre, ni périphérie.
Délectes-toi dans Cela 
qui assume toutes les formes
(mais) qui reste sans forme,
qui ne peut être connu (que) par soi-même.

(Tantra de la connaissance du tempsKâlajnâna, 19-20)

« Il n’habite plus dans le monde » : il sort de l’alternative « dehors », « dedans », comme l’indique le vers suivant. Tout est « dans » l’esprit, c’est-à-dire dans le regard, dans ce regard qui n’est pas une façon de regarder, un point de vue, mais qui est la Vision, la conscience qui accueille et éclaire tous les points de vue.

Le véritable retour sur soi est source de liberté.

[Source] https://shivaisme-cachemire.blogspot.com


ATTENTION: Votre discernement est requis par rapport à ces textes.
♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥

- POSER UN GESTE D'AMOUR -
Une contribution volontaire
aide véritablement à maintenir ce site ouvert
et ainsi vous devenez un Gardien Passeurs en action.
CLIQUEZ ICI POUR CONTRIBUER
Merci

Texte partagé par les Chroniques d'Arcturius - Au service de la Nouvelle Terre