Les plumes ont toujours fasciné les êtres humains, à tel point que l’on prend plaisir instinctivement à les toucher, à les agiter dans l’air, à se caresser avec. Donnez une plume à un enfant, et il jouera en imaginant pouvoir voler. C’est tellement admirable qu’une plume à l’aspect si fragile et si puissant à la fois, puisse permettre le vol d’un animal.

Les plumes ont eu, et ont encore de nos jours, une importance vitale dans les rites païens de type chamanique. Le symbolisme principal de la plume relève de l’évidence…elle permet de s’élever et connecte avec les puissances ouraniennes, célestes donc. En se libérant de la gravité, la plume guide dans la verticalité, et, cette élévation dans les airs favorise une vue d’en-haut, c’est-à-dire une macro-vision qui permet d’avoir une vision d’ensemble. Les plumes sont bien-sûr à mettre en relation avec le symbolisme général des oiseaux (voir liens à la fin). Les oiseaux sont les messagers entre le monde des hommes et celui des Dieux. Et la plume est ainsi l’outil qui permet la connexion entre hommes et oiseaux. De plus, il faut aussi prendre en considération le symbolisme lié à chaque oiseau, car une plume de corbeau n’aura pas les mêmes propriétés qu’une plume d’aigle.

Les fonctions rituelles d’une plume dans le cadre du chamanisme sont reliées à diverses pratiques telles que la médecine, la divination, ou encore la clairvoyance. En plus de la force ascensionnelle, la plume est associée au symbolisme lunaire et solaire, à la croissance des végétaux. La plume symbolise la puissance aérienne, libérée des pesanteurs de la terre. Les couronnes de plumes des traditions amérindiennes et sibériennes sont par exemple un symbole solaire établissant la connexion avec les Dieux.

Dans les traditions chamaniques, il existe plusieurs rituels afin de consacrer et d’utiliser correctement les plumes. Nous allons voir à présent de manière succincte quelques-uns de ces rites. Ces rites sont bien-sûr seulement pour orienter le lecteur, car ils peuvent subir des variations d’une tradition à l’autre, tout comme ils peuvent être adaptés pour les nécessités concrètes du moment.

CONFIRMER LA FORCE D’UNE PLUME.

+Il faut choisir un jour où le temps est clair et calme. Prendre une plume, sortir de chez soi, et s’asseoir sous un arbre.
+Se détendre et respirer profondément d’une manière régulière et lente.
+Lever la plume entre les deux mains au-dessus de la tête, et ensuite la baisser lentement pour la situer devant la bouche.
+Souffler doucement sur la plume tout en la laissant bouger au grès du souffle.
Au bout de quelques minutes, on devrait ressentir d’une manière ou autre qu’une connexion affective avec la plume s’est établie.

CONSACRER LA PLUME.

Ceci a pour but d’insuffler la force sacrée à la plume.
+Organiser un moment de la journée pendant lequel tu ne seras pas dérangé.
+Préparer l’ambiance du lieu avec diverses offrandes afin de pouvoir connecter plus profondément avec les forces naturelles.
+Mettre la plume devant soi ou sur ses avant-bras.
+Commencer à respirer de forme lente et rythmique. Une fois que la respiration est régulière, il faut se sentir complètement détendu.
+ Attirer dans son esprit l’image de l’oiseau correspondant à la plume, et repasser mentalement les qualités symboliques de l’oiseau en question.
+Visualiser ton oiseau en plein vol libre tout en s’imprégnant encore une fois des qualités symboliques de l’oiseau. Ne pas oublier de continuer à travailler correctement la respiration car elle est la clé de la connexion avec l’élément «air» et avec la concentration nécessaire pour l’exercice chamanique.
+Prendre ensuite avec tes deux mains la plume par sa base pour la placer à quelques centimètres de tes lèvres. Maintenir les yeux fermés et imaginer ses mouvements rythmiques durant un vol. Laisser la respiration suivre ce même rythme. Inspirer quand baissent les ailes, et expirer quand elles s’élèvent.
+Expirer sur la plume en imaginant que tu honores la force du vol. Le souffle active la puissance énergétique de la plume et de ton animal-esprit.
+Arrivé à ce stade, tu devrais commencer à sentir une légère vibration au niveau de la plume. Ça peut être un fourmillement dans les doigts, une sensation de pression en crescendo, ou bien quelque chose de similaire à une vague de chaleur.
+Sans lâcher la plume, tu devrais ensuite sentir cette énergie qui monte par les bras et qui englobe petit à petit tout ton corps. Suis le rythme de cette énergie en imaginant encore une fois l’oiseau ses valeurs archétypales. Tu dois te sentir enfin en harmonie complète avec cet animal-totem.

DONNER LE SOUFFLE VITAL ET SOIGNER.

Ce rite chamanique basique permet de soigner une personne malade. Il consiste à passer le souffle vital à travers la plume sur le patient. Pour cela, éviter à tous prix d’utiliser une plume de hibou qui pourrait avoir des conséquences néfastes car ces dernières fixent un problème au lieu de le soigner.
+Trouver un endroit au calme où on ne te dérangera pas.
+Fais un exercice de méditation en travaillant bien la respiration lente et régulière afin de faciliter la concentration nécessaire pour le rituel. Pour cela tu peux refaire l’exercice précédent («Consacrer la plume»).
+S’il n’est pas possible de déterminer la maladie exacte de la personne, et donc l’oiseau exact qu’il faudrait invoquer, alors il faut considérer cette technique comme une forme pour insuffler une nouvelle vie au patient. Concentre-toi dans ce cas uniquement sur le souffle vital.
+Passe la plume tout le long du corps du patient afin de purifier l’énergie de ce dernier.
+Le patient doit ensuite s’asseoir ou s’allonger, selon nécessité car la plume devra pouvoir être posée sur le corps.
+Pose la plume sur la partie du corps affectée par la maladie. Mets tes deux mains autour de la plume en formant un creux. Approche ta tête de ce creux et souffle de manière lente et continue sur la plume.
+Pendant que tu transmets ton souffle vital à travers la plume sur la zone affectée, imagine que tu actives l’énergie de la plume. Cette activation doit donner vie aux propriétés symboliques de l’oiseau car avec ton souffle, ce sont elles qui permettront la guérison ou la revitalisation. La chaleur de ton souffle, l’imagination, et la plume opèrent de forme conjointe pour une concentration adéquate de toute l’énergie curative.
+Puis il faut visualiser et ressentir le vent qui passe par le corps du patient. C’est ce vent qui doit emporter au loin la maladie.
+Terminer l’exercice en repassant encore une fois la plume sur tout le corps afin de nettoyer l’énergie de la personne.

Comme je le précisais plus haut, cette méthode doit être flexible et adaptable à chaque cas. La rigidité en chamanisme n’est pas de mise. Et même si l’on ne veut pas absolument pratiquer ce genre de rituel chamanique, le simple fait d’en prendre connaissance permet de s’élever un peu plus vers les anciennes sagesses de nos lointains ancêtres païens.

Hathuwolf Harson

Source : http://la-porte-est-en-dedans.over-blog.com/


Texte partagé par les Chroniques d'Arcturius - Au service de la Nouvelle Terre

---------------------------
Vous pouvez reproduire ce texte et en donner copie aux conditions suivantes :
qu'il ne soit pas coupé
qu'il n'y ait aucune modification de contenu
que vous fassiez référence au site Source

Merci de visiter les sites qui nous soutiennent !