J’arrête.

Ça s’arrête.
Comme ça, soudain, d’un coup, sans préavis.
Comme quand on s’assoit et qu’on jette un caillou dans l’eau. Pour rien. Juste comme ça. Pleinement vacant.

Il y a comme un saisissement.
La sensation que tout s’allège. S’éclaircit.
Instantanément.

C’est comme l’immobilité.
S’arrêter de bouger.
Tout bouge. Le cœur, la respiration, tout cela continue.
Mais j’arrête de bouger.
Pareil pour le silence :
J’arrête de parler.
Les bruits, les paroles extérieures continuent.
Les bruits intérieurs continuent.
Mais c’est comme quand un moteur s’arrête :
même si c’est dans un lieu bruyant,
c’est saisissant.
Cet arrêt est le Mantra à la fin de om, de phat, de hrîm, de l’avion qui passe dans le ciel,
de n’importe quelle pensée. Mais c’est inutile : ce qui suffit, c’est de s’arrêter.
Plus que cela n’est pas nécessaire.
Juste arrêter.
Directement, comme l’hirondelle plonge dans son nid.
Instinctivement. Parfaitement. Naïvement.

Une musique est ce silence.
Ce silence devient plus fort que n’importe quel bruit.
C’est qu’il est liberté, indépendance.
Sensation de réveil.
De se réveiller.
Pas de théories sur “y a quelqu’un”, “y a pas quelqu’un”, etc.
C’est complet.
Suffisant pour une vie.
C’est l’initiation directe. Intime. Sur mesure.
Ça s’arrête.
Regain. Renaissance. Réveil.
Net, propre, limpide, transparent, absolu, parfait, rien ne manque,
rien n’est supprimé. Juste un arrêt. Une sorte d’arrêt.
“Quelque chose” continue, indicible.

Là, peut-être, le coeur s’éveille.
Comme une braise sous un courant d’air frais.
Je m’arrête. Si simple. Rien. Presque rien. Infime. Un détail.

Comme un étonnement fou. Un émerveillement de rien.
Encore et encore.
Cela englobe toutes les pratiques, mondaines ou spirituelles.
C’est la panacée.
Juste je m’arrête.
Sans analyser, sans douter, sans hésiter.
Silence absolu. Comme un vol plané. Une apesanteur.

Source :https://shivaisme-cachemire.blogspot.com/2019/10/un-silence-saisissant.html


Votre contribution volontaire aide à maintenir ce site ouvert.
CLIQUEZ ICI POUR CONTRIBUER
Merci

Texte partagé par les Chroniques d'Arcturius - Au service de la Nouvelle Terre
---------------------------
Merci de visiter les sites qui nous soutiennent !