Les espoirs de voir de la Vie sur Mars ont été renforcés lorsque des scientifiques ont découvert ce qui a été décrit comme des “vers” dans une météorite en provenance de la planète rouge.

La roche spatiale a été trouvée sur la banquise de l’Antarctique par l’American Search for Meteorites (ANSMET), qui localise les astéroïdes qui ont atterri dans le passé sur le paysage aride, afin d’étudier leur composition. Les chercheurs de l’ANSMET sont tombés sur une roche verte bizarre – étiquetée ALH84001 – alors qu’ils surveillaient la zone près d’Allan Hills. Cette roche a d’abord été classée comme un morceau d’astéroïde insignifiant et a été envoyée dans les magasins du laboratoire. Mais, dans les années 90, elle a été envoyée pour analyse à la NASA et les experts ont vite compris que ALH84001 vient en fait de Mars et s’est formée avec de la lave volcanique il y a plus de quatre milliards d’années.

L’étude des signatures moléculaires de la roche a montré qu’elle a été éjectée dans l’espace par un impact il y a 16 millions d’années, et qu’elle a dérivé à travers le système solaire jusqu’à il y a 13 000 ans, avant de retomber en Antarctique.

Les géochimistes de la NASA Chris Romanek et Everett Gibson ont étudié des grains orange inhabituels à l’intérieur de la météorite, faits de carbonate, qui sur Terre se forment couramment dans l’eau.

Le magazine BBC Science Focus de ce mois-ci rapporte que “leurs résultats suggèrent que ces carbonates martiens se sont déposés dans la roche après que le dioxyde de carbone, dissous dans l’eau liquide, se soit écoulé dans de minuscules fissures”.

“Les deux hommes ont également vu des formes microscopiques près des grains de carbonate – des vers et des saucisses qui ressemblaient à des bactéries terrestres, mais beaucoup plus petites.”

“C’était le début d’une idée folle. L’eau qui s’écoule dans la roche aurait-t-elle pu contenir non seulement des carbonates, mais aussi de minuscules microbes martiens ?”

La spécialiste en microscopie Kathie Thomas-Keprta a été amenée sur place pour essayer de trouver un trou dans leurs découvertes, après avoir cru à une “idée folle” qu’elle pouvait contenir la vie.

Mais au lieu de cela, l’article de la BBC explique qu’”elle a découvert qu’il s’agissait de cristaux magnétiques, faits de magnétite (oxyde de fer) et de pyrrhotite (sulfure de fer), tout comme les minuscules boussoles produites par les bactéries magnétotactiques sur Terre.”

“Il existe des moyens non biologiques de fabriquer ces minéraux, mais cela nécessite généralement des conditions extrêmes – température et pH élevés – et il était donc difficile d’expliquer comment ils se sont retrouvés dans des carbonates déposés à des températures douces.”

Le Dr Thomas-Keprta a envoyé deux échantillons de la roche au chimiste Richard Zare de l’université de Stanford, qui disposait d’un puissant instrument appelé spectromètre de masse à laser, capable d’identifier des quantités infimes de molécules chimiques en les vaporisant.

Son équipe a trouvé ce que la mission Viking de la NASA vers Mars n’avait pas réussi à trouver : des molécules organiques complexes appelées hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP) étaient concentrées dans les échantillons.

Sur Terre, les HAP proviennent de tous les endroits où la vie a été présente et les molécules repérées par le Dr Zare et ses collègues étaient exactement ce que l’on s’attend à voir lorsque des cellules bactériennes se décomposent.

En juillet 1996, l’équipe a été convoquée dans le bureau du chef de la NASA, Dan Goldin, qui les a fait griller pendant des heures, puis Goldin, à son tour, a été convoqué à la Maison Blanche pour informer le président Bill Clinton et le vice-président Al Gore.

Lors d’une conférence de presse le 7 août, le président Clinton s’est adressé au monde entier en direct de la roseraie de la Maison Blanche.

Il a déclaré “Aujourd’hui, la roche 84001 nous parle sur ces milliards d’années et ces millions de kilomètres.”

“Elle parle de la possibilité de la vie.”

“Si cela se confirme, les implications sont aussi vastes et impressionnantes qu’on peut l’imaginer.”

Mais tout le monde n’est pas convaincu par cette découverte.

Le magazine BBC Science Focus ajoute : “20 ans et des dizaines d’études plus tard, les résultats ont largement résisté à tout soupçon.”

“Le consensus est maintenant que les caractéristiques intrigantes de la roche se sont effectivement formées sur Mars, avec les carbonates déposés dans un environnement aqueux à des températures avoisinant les 25 – 30°C.”

“Mais alors que l’équipe de la NASA est plus convaincue que jamais que la vie est l’explication la plus plausible, les critiques insistent sur le fait qu’ils n’ont pas réussi à prouver leur cas.”

Vous pouvez lire la dernière version de BBC Science Focus en vous abonnant ici.

Source: Express.co.uk, le 21 septembre 2020 – Traduction par Astro Univers


Avec une contribution volontaire
vous aidez véritablement à maintenir ce site ouvert
et devenez un Gardien Passeurs en action.
CLIQUEZ ICI POUR CONTRIBUER
Merci

Texte partagé par les Chroniques d'Arcturius - Au service de la Nouvelle Terre
---------------------------
Allez visiter nos commanditaires avec coeur.

quintes-essences coeurensoi gisele_petit equilibrecoeur
danielleclermont pub