On nous dit souvent qu’il faut parler au bébé. On nous dit aussi qu’il comprend ce qu’on lui dit plusieurs mois avant de savoir parler. Vraiment?

Merci Françoise Dolto

Pour ceux et celles qui ne la connaissent pas, Françoise Dolto  était une psychanalyste française. Pendant des décennies, elle a défendu abondamment la cause des enfants,  répétant aux parents que leur bébé comprend ce qu’on lui dit dès la naissance. Elle nous a dit que le nourrisson est une personne à qui il faut démontrer du respect et de l’amour par des paroles, de l’empathie, de la compassion, tout cela exprimé concrètement.

Même si à l’époque (on parle des années 1940 à 1980 environ), son message était vraiment nouveau, il en est quand même resté quelque chose puisque aujourd’hui la majorité des parents parlent à leur bébé, et même avant sa naissance. Mais est-ce que les nourrissons comprennent vraiment?

Les bébés comprennent

Oui, Françoise Dolto nous a assurés que les bébés entendent, comprennent et perçoivent très bien ce qu’on leur dit. Ce fut un grand progrès d’apprendre cela. Et dans ma pratique en P.A.B. («Parole Au Bébé»), je constate tous les jours que les bébés comprennent vraiment. La première fois que j’ai lu un livre de Françoise Dolto, j’ai ressenti un bonheur immense. Le texte que je venais de lire présentait le cas d’un bébé de six mois que le Dr Dolto avait traité. Le voici de mémoire.

L’histoire du petit patient de Françoise Dolto…

Le bébé venait d’être amené à l’orphelinat depuis quelques jours, et depuis son arrivée il faisait la grève de la faim. Malgré la douceur et la sollicitude empressée des personnes responsables de lui, le bébé refusait tout biberon. Il faisait la grêve de la  faim. C’est rare qu’un bébé le fasse et quand on en est témoin c’est le signe d’une très grande souffrance intérieure. Alors, on avait fait venir Françoise Dolto. La psychanalyste l’avait soigné en lui parlant. Elle lui avait raconté ce qui était en train de se passer pour lui, face à face, à voix haute. Elle lui avait expliqué patiemment, en le regardant dans les yeux, la mort subite de ses parents dans un accident de voiture, leur séparation définitive et le fait qu’il ne les reverrait plus jamais. Elle lui avait assuré que rien de tout cela n’était de sa faute à lui. Elle lui avait raconté son arrivée à l’orphelinat et son attente d’une famille qui viendrait l’adopter d’ici quelques semaines. Vous arrivez à visualiser la scène?

Aussitôt après cette explication en bonne et due forme, le bébé avait pris un biberon! Il s’était relevé de son épreuve. Grâce à quelques mots (mais des mots justes), il avait pu amorcer l’étape du deuil de ses parents et de sa vie telle qu’elle avait été jusqu’à maintenant. Il avait certainement toujours mal et il aurait encore à faire face à tout un défi durant plusieurs mois (et années), mais il pouvait envisager l’étape suivante. Une seule consultation avait suffi. Françoise Dolto avait parlé au bébé tel qu’on le ferait avec un adulte, ne doutant pas qu’il comprendrait.

Le ressenti est son langage…

Parler au bébé peut se faire au moyen des mots, mais pas n‘importe comment. Tout d’abord, il faut savoir que jusqu’à ce que l’enfant ait atteint l’âge de deux ans environ (et même un peu plus), les mots ne représentent pas le premier outil de transmission de l’information. Ils ne peuvent être qu’un support secondaire. Bien sûr, parler au bébé est nécessaire, mais lorsque notre but est de lui dire quelque chose d’important, les mots seuls ne peuvent faire tout le travail. Pour un bébé qui est encore tout ouvert à ressentir au-delà des paroles, les mots eux-mêmes ne sont pas ce qui aura le plus d’effet.

Le ressenti est son langage, celui que comprend le bébé avant l’âge des mots. Le resenti c’est le langage de l’amour qui ne passe réellement que par le cœur : ni par la tête ni par la logique ni par des mots vides. Lorsque vous parlez à votre bébé, invitation vous est faite d’habiller vos paroles du sentiment qui vous habite vraiment et vibrer du message que vous voulez passer. Si vous avez envie d’appuyer votre message par des mots, ils doivent être porteurs d’une émotion, d’un sentiment vrai, d’un ressenti juste, ce qui est pleinement présent à ce moment-là pour vous. Entendre un « je t’aime » formulé en mots, alors que le nourrisson ne perçoit qu’un sentiment de devoir ou l’intense besoin du parent d’être aimé (donc une demande, une attente qui peut être ressentie comme une lourdeur), est très bouleversant -dans le sens de « mélangeant ». Donc, si vous avez besoin de passer un message important à votre nourrisson, ne comptez pas sur les mots seulement, mais plutôt sur votre émotion en tant que messagère principale.

Que comprend le bébé?

À partir du moment où Françoise Dolto a commencé à encourager les parents (et les professionnels) à parler au bébé, on s’est posé la question suivante : « Mais qu’est-ce que les bébés peuvent bien comprendre? » À ce sujet, on en apprend tous les jours. Au fur et à mesure des recherches et de l’expérience, on prend conscience que ce ne sont pas les mots en tant que tels que le poupon comprend. Les mots portent un message, et c’est ce message que capte directement la sensibilité du bébé. « On ne peut mentir avec celui qui vient de naître! Ce ne sont pas les mots qu’il comprend -encore qu’il peut en avoir assimilé un certain nombre dans l’aura de ses parents- mais les vibrations intimes de tout ce qui l’entoure. »  Si son intelligence rationnelle ne décode pas les mots en eux-mêmes, son Être ressent profondément la vibration et l’essence de ce qui en émerge. Autrement dit, votre enfant n’accroche pas aux phrases,
mais plutôt à ce que vous ressentez quand vous lui parlez.

Le bébé parle donc toutes les langues… et aucune. C’est sa faculté de ressentir qui est à l’œuvre et non son intellect. Il parle le langage du cœur et de l’âme et non celui de la tête. Est-ce cela de la télépathie?

Brigitte Denis donne la Parole au bébé, tant avant qu’après sa naissance.
Elle oeuvre au Québec (Estrie et Montréal) et en Europe une fois/année au printemps
Son livre : La Parole au bébé

———————————-

1. Pour plus de détails biographiques ou sur l’œuvre très prolifique de Françoise Dolto, voir ce site.
2.  La cause des enfants, Françoise Dolto, Paris, Laffont, 1985.
3. Les neuf marches – Histoires de naître et de renaitre – Anne et Daniel Meurois-Givaudan, Éditions Amrita, 1999, page 206.


Texte partagé par les Chroniques d'Arcturius - Au service de la Nouvelle Terre
---------------------------
Merci de visiter les sites qui nous soutiennent !