Bien-aimé, saint et unique enfant de notre Père céleste, enfant de la Source unique, enfant de la Lumière, divin. C’est ce que vous êtes. Introduisez-le profondément dans votre conscience et contemplez ce que cela signifie. Enfant de la Source unique, divin, agissant dans le royaume de l’homme, et pourtant apportant l’énergie du divin.

Je suis celui qui est connu sous le nom de Jeshua ben Joseph, Jésus vous m’avez appelé, et c’est dans une grande joie que je viens vous supporter ce soir dans votre espace temporel. Une grande joie du divin qui s’avance pour être exprimé et pour être expérimenté ; une grande joie et une grande Lumière.

Maintenant, ce soir, nous allons aborder une question qui a été soulevée, une question où les gens ont dit : « Il y a beaucoup de choses qui ne sont pas paisibles. Il y a beaucoup de choses qui ont besoin d’être guéries, du moins de la façon dont je les perçois ». Et en vérité, vous êtes Le divin qui a une expérience humaine.

Permettez-vous de chérir ce que vous apportez, puis permettez-vous de vous asseoir avec tous les « Aha » qui vous viennent et de les approfondir pour comprendre la divinité qui vous permet de vous exprimer en tant qu’humain, de prendre forme, de marcher parmi vous – comme je peux le faire maintenant – et de vous dire : « Vous êtes le Christ incarné. Vous êtes ici pour avoir une expérience humaine et aussi spirituelle. »

Permettez-vous de prendre une profonde respiration. Sentez l’aspiration de l’esprit. Sentez l’aspiration de tout ce que vous êtes, la Lumière infinie. Et vous savez, mes bien-aimés, que cela se voit. Lorsque vous faites cela, il y a un rayonnement autour de vous qui s’étend. Chacun d’entre vous, au fur et à mesure que vous inspirez l’esprit, la Lumière que vous exprimez s’étend encore plus loin.

Vous pensez que vous êtes de petits êtres, que vous n’êtes que le corps. Je vous ai entendu dire : « Je n’ai pas d’influence sur les choses qui arrivent ». Mais en vérité, vous créez votre réalité au fur et à mesure. Vous créez, et ensuite vous jugez. Je vous dirais d’utiliser un jugement le plus juste. Venez de ce lieu de compréhension du Christ que vous expérimentez et exprimez sur ce plan, et sachez qu’en vérité vous créez moment après moment, au fur et à mesure que vous avancez.

Je vous ai dit à plusieurs reprises que si vous n’aimez pas ce que vous créez, arrêtez, respirez et créez à nouveau. Au milieu d’une conversation avec quelqu’un, si vous avez l’impression que vous êtes l’un contre l’autre, arrêtez – il se demandera ce qui s’est passé – et respirez, et venez d’un nouveau point de vue, celui qui dit qu’il n’y a vraiment qu’un seul d’entre nous. C’est le Christ qui s’exprime en tant qu’humain.

Permettez-vous donc de ressentir les possibilités infinies de l’esprit qui vous habite, d’aller au plus profond de vous-même et d’en tirer la paix de l’esprit.

Souvent, vous vous laissez absorber par ce qui se passe à l’extérieur et vous avez l’impression de répondre à l’extérieur. Permettez-vous en cet instant d’aller à l’intérieur, de prendre cette profonde respiration et de vous connecter à l’esprit qui active le corps ; l’esprit qui dit : « Je rassemble ma réalité » – le « r » minuscule – et ressens le pouvoir infini et la possibilité de la réalité de vous.

Car en réalité, tout est devant vous. Vous êtes assis comme vous le seriez devant un buffet, un festin, et vous pouvez prendre un peu de ceci et un peu de cela et assembler le tout. Si vous n’aimez pas ça, vous pouvez changer à ce moment-là. Vous dites : « D’accord, je vais essayer quelque chose de nouveau. »

Cela se produit lorsque vous parlez avec un de vos amis et qu’il n’y a peut-être pas tout à fait ce que vous appelleriez un consensus qui s’en dégage. Arrêtez-vous, respirez, et choisissez à nouveau. C’est merveilleux ce qui se passe à ce moment-là, parce que l’autre se demandera : « Eh bien, qu’est-ce qui lui est arrivé ? Il était vraiment en train d’adhérer à mon histoire, et maintenant il s’est arrêté et il a un sourire sur le visage. Qu’est-ce qui a changé ? »

C’est vous. Vous avez changé et êtes revenu à votre nature christique qui vous est toujours accessible, qui est toujours là si vous souriez et si vous allez à l’intérieur de vous et reconnaissez le seul vrai Soi que vous êtes. Même au milieu d’une phrase, j’ai vu cela se produire avec mon amie et enseignante bien-aimée, celle que vous connaissez sous le nom de Judith, qui était très active à propos de quelque chose qu’elle vivait. Puis, elle respire profondément, sourit et dit : « Pardonnez-moi, mais je n’avais pas l’intention d’être aussi énergique ». « Et vous prenez le temps de respirer profondément, le temps de réaliser l’esprit unique que vous êtes. »

Souvent, la réalité – le « r » minuscule – semble être que vous êtes une énergie individualisée. Vous avez votre place, et voici ce que vous croyez, et ils ont leur place, et voici ce qu’ils croient, et vous pouvez échanger vos points de vue si vous respirez ensemble jusqu’à ce que vous arriviez à ce lieu unique de compréhension.

Maintenant, je sais qu’en ce moment vous avez beaucoup de réalités qui tourbillonnent autour de vous, beaucoup de réalités que l’on met en avant. Certaines d’entre elles se mélangent bien et jouent bien les unes avec les autres et certaines réalités ne jouent pas bien les unes avec les autres. Et vous vous demandez : « Que va-t-il advenir de nous ? » Nous sommes tellement divisés dans notre expression et notre compréhension de la réalité – « r » minuscule.

Lorsque vous vous arrêterez suffisamment longtemps pour respirer, pour prendre une profonde respiration et revenir à la maison, vous verrez les choses différemment et vous vous sentirez différemment. Vous vous sentirez plus en paix. Je vous conseille donc à tous de vous permettre de prendre une profonde respiration au milieu d’une phrase – en fait, c’est le meilleur endroit pour le faire – et de vous arrêter pour réaliser à nouveau qui et ce que vous êtes. Vous êtes la Lumière du Christ qui avance en ayant une expérience humaine, et cette expérience humaine n’est pas une simple chose. C’est un cadeau que vous vous faites à vous-même.

Peu importe le nombre d’années que vous accumulez pour vous-même, chaque jour est un cadeau. Chaque jour est une véritable aventure. Chaque jour, quelque chose de nouveau vous vient, une nouvelle perception peut-être, une nouvelle façon d’interagir avec quelqu’un, quelqu’un dont vous disiez quelques instants auparavant qu’il était comme un mur de pierre et que vous n’arriviez pas à l’atteindre. Vous vous arrêtez et réalisez – en prenant conscience – que, oui, ce mur est vraiment léger et qu’il est perméable. Vous pouvez voir à travers, et vous pouvez vous rencontrer comme le Un que vous êtes.

Les temps dans lesquels vous vivez actuellement demandent de la patience. Ils demandent de prendre du recul, de respirer profondément, de prendre du recul et de vous demander : « Soi, d’où vient l’autre ? ». Et en étant vraiment authentique, de demander et de vouloir savoir :  » Quelles informations lui ont été données pour qu’il ait maintenant cette réalisation de ce qu’il ressent comme réel – « r » minuscule – pour aller de l’avant dans sa vérité – « v » minuscule ? Où obtiennent-ils leurs informations, et est-ce que cela leur semble vrai ? Est-ce que cela ressemble au Christ ?

Parce qu’en vérité, seul le Christ vit une expérience humaine ; par conséquent, lorsque quelque chose ne vous semble pas juste, facile ou paisible, permettez-vous de prendre une profonde respiration et, littéralement et physiquement, si vous le souhaitez, de prendre du recul. Certains se demanderont pourquoi vous faites cela et diront : « Y a-t-il quelque chose dans ma respiration que vous n’aimez pas ? ». Et vous pouvez répondre : « Non, ce n’est pas votre respiration. Ce sont peut-être les mots que vous utilisez. »

Cependant, ce que vous voudrez faire, c’est venir à ce lieu d’Unité, savoir que c’est le Christ qui a une expérience humaine. La façon dont ils voient les choses est de toute façon temporaire, individualisée, comme ils comprennent être un individu.

Sachez qu’en réalité, parfois au premier niveau, ils vous donnent ce qu’ils ont entendu ou ce qu’ils ont lu, et ils ne comprennent pas vraiment tout, mais ils en ont pris des morceaux et ils vous le rendent ensuite.

Si vous respirez et vous positionnez dans la paix, l’amour et l’amitié avec eux, en disant : « Je veux en savoir plus. Pourquoi pensez-vous que c’est vrai ? » Alors ils vous donneront tout un tas d’informations qu’ils ont apportées avec eux, comme s’ils les avaient dans leur sac à dos ; vous demandez et ils les sortent, et ils en sortent encore plus, et ils en sortent encore plus, et vous dites, « Est-ce que cela s’arrêtera un jour ? ».

Oui, ça s’arrête. Et finalement, vous avez l’occasion de dire : « Ok, je comprends d’où vous venez, mais avez-vous pensé à… ? ». Ces trois mots sont puissants. « Avez-vous envisagé ? » Et puis vous pouvez mettre en avant ce qui vous semble, vous semble être la vérité – le « v » minuscule – pour commencer, qui, espérons-le, vous amènera au « V » majuscule, qu’il n’y a vraiment qu’un seul d’entre nous qui vit cette expérience.

Oui, nous pouvons la regarder de tous les côtés, mais quand tous les débris sont exprimés, qu’ils sont là et que vous pouvez les enlever pour un moment, que vous reste-t-il ? Les deux s’exprimant comme l’Unique. Vous arrivez à cet endroit où vous mettez vraiment en avant ce qui est le plus important, l’Unicité.

« Je comprends que vous venez d’un endroit différent, mais laissez-nous considérer… » et alors la guérison vient. Je sais que vous demandez, voulez, désirez tous ressentir la paix au milieu de toutes les fractures de la vie humaine. Mais lorsque vous vous arrêterez suffisamment longtemps pour considérer qu’en vérité, il n’y a qu’un seul d’entre nous qui expérimente et exprime, arrêtons-nous un instant, vous pouvez tendre la main à l’un d’entre nous et dire : « Je comprends que vous avez vos preuves pour ce que vous dites, mais joignons nos efforts. Prenez ma main. Ressentez. Je suis humain comme vous », leur dites-vous. « J’ai mes points de vue à partir de ce que j’ai lu, mais vous savez, trouvons l’essentiel. » Et l’essentiel est l’Unicité.

Bien-aimés, vous vivez une époque de changement. Considérez tout cela comme une bénédiction. Les temps, oui, changent, et parfois ils changent plus et plus rapidement que vous ne le souhaitez, parce que vous avez l’impression d’être à la traîne, d’essayer de rattraper, et d’essayer de comprendre, « Qu’est-ce qui se passe ? ».

Souvent, les gens viennent vous voir avec un gros point d’interrogation : « Que se passe-t-il vraiment ? Comment pouvons-nous nous rencontrer dans un lieu de paix ? Comment pouvons-nous nous rencontrer dans un lieu de compréhension, et pas seulement pour avoir l’énergie de protéger ce que je crois ? Je sais que c’est vrai. »

Et vous devez demander au Soi divin en vous de prendre du recul pendant un moment et de le regarder comme si vous étiez une troisième personne regardant ce que vous voyez. Et il y a une certaine… je vais l’appeler une façon de voir les choses, où vous les voyez comme si tout se jouait sur la scène. Permettez vous de prendre une profonde respiration, littéralement. Inspirez et sentez la paix qui vient avec la respiration profonde. Puis, voyez vous assis au premier rang des sièges en train d’assister à un merveilleux drame d’énergies sur la scène.

Et vous pouvez vous voir. Vous pouvez voir votre énergie, et vous pouvez voir comment elle interagit ou n’interagit pas avec les autres. Et vous vous demandez à ce moment-là : « Qu’est-ce que je désire voir ? Qu’est-ce que je désire vraiment ressentir ? »

« Eh bien, Jeshua, j’ai raison, et je veux sentir que j’ai raison, et je veux qu’ils acceptent que j’ai raison. Je sais que j’ai raison. J’ai toutes ces raisons pour lesquelles j’ai raison. » Ok, quelle est la première raison ? « Eh bien, j’ai lu quelque part…. » Ok. « Et je sais que c’est vrai, parce que cet expert…enfin, je ne sais pas si c’est vraiment un expert, mais il a l’air d’un expert, et il dit…. »

Autorisez-vous à prendre une profonde inspiration et à dire : « D’accord, vous avez peut-être raison. Et je sais que l’autre partie de vous dit : « Mais je ne pense pas ». « Mais vous ne dites pas ça. » Vous leur permettez de vous donner ce qu’ils sont vraiment impatients de vous donner, et quand ils s’arrêtent pour respirer, vous dites : « Ok, je comprends ».

Et ils répondent, « Vraiment ? Eh bien, d’accord. » Peut-être pas la première fois, mais à mesure que vous vous autorisez à rester en paix, sans réagir, au bout d’un moment, l’énergie de l’autre ou des autres doit s’arrêter un moment pour respirer, pour respirer profondément, et vous souriez.

Tout ce dont vous devez vous souvenir, c’est le sourire, et ils se demanderont : « Que sait-elle que je ne sais pas ? Comment peut-elle sourire alors que tout s’écroule ? Ne voit-elle pas que X, Y et Z doivent être réparés ? Pense-t-elle que tout va vraiment bien ? »

Vous souriez à nouveau et ils disent : « Elle est folle ». » Si un sourire se dessine, cela fait partie de la guérison. Permettez vous de prendre du recul. Permettez-vous, comme les sages de tous les temps, de comprendre qu’en réalité, une grande partie de ce que vous faites sur le plan humain est du théâtre, et vous êtes tous très doués pour cela.

Oui, je sais, vous répétez votre texte. « Je sais que j’ai raison parce que c’est écrit ici » : un, deux, trois, ce sont mes raisons ; quatre, cinq, six, deux cent un, deux cent deux, etc. Et ils passent, ou vous passez, par toute une récitation des raisons pour lesquelles vous devez avoir raison. Et pourtant, à la fin de la récitation, que faites-vous ? Vous prenez une profonde respiration, Dieu merci. Et qu’est-ce qui vient avec cette profonde respiration ? La paix.

Oui, il se peut qu’ils se retournent dès qu’ils ont respiré profondément et qu’ils recommencent, mais ce n’est pas grave. Vous sourirez et leur permettrez de réciter jusqu’à ce qu’ils soient fatigués et s’arrêtent, et vous vous direz en silence : « Alléluia. »

Lorsque vous regarderez tout ce qui se passe dans votre monde maintenant et toutes les occasions où vous devez vous asseoir pour juger, vous verrez que c’est vraiment un drame. Vous verrez que vous pouvez traverser ce drame de la même manière que lorsque nous avons parlé de traverser un mur apparemment solide. Vous choisissez où vous allez demeurer.

Vous n’êtes pas obligé de vous cogner la tête contre le mur jusqu’à ce que vous vous assommiez. Vous pouvez, avec de la pratique et de la technique, traverser le mur. Nous avons parlé de cela il y a quelque temps, où vous choisissez votre espace. Vous faites de même lorsque vous vous trouvez face à un mur de personnes qui ont des convictions différentes des vôtres.

Vous choisissez votre espace, et c’est l’espace du sourire. Et ils se demanderont : « Que sait-il ? Qu’est-ce qu’elle sait, qu’elle peut rester là et sourire alors que tout est en train de s’effondrer ? »

Et vous souriez, parce que vous connaissez le secret de l’espace, de demeurer dans la Lumière de la divinité, de demeurer dans la Lumière de la vérité. Et la vérité est que vous êtes le Christ, ils sont le Christ ayant une expérience humaine. Quelle que soit la façon dont vous la vivez, vous arriverez finalement à un certain endroit de paix, où il y a une reconnaissance de l’Unicité.

Alors permettez-vous de vous reposer en paix. Si vous voulez vous engager, alors allez-y et engagez-vous, sachant qu’il s’agit d’un drame, sachant qu’à la fin du drame se trouve la conclusion de la guérison. Souvenez-vous de ces mots. À la fin du drame vient la conclusion de la guérison, de l’épanouissement -w-h-o-l-i-n-g- venant à cet endroit du Christ, les sourires.

Connaissez-vous l’image qui m’est attribuée comme étant celle qui a dit : « Laissez les petits enfants venir à moi » ? Soyez comme cela avec tous vos amis. Soyez le Christ qui dit : « Laissez, venez, venez à moi en paix ». »

Cependant, si vous n’êtes pas encore prêt pour cela et que vous voulez avoir un peu plus de drame, allez-y. Non, vous en avez fini avec ça. D’accord. Alors regardez et voyez le Christ de celui qui est en train de déployer beaucoup d’énergie et venez à l’endroit où il y a un sourire sur le visage qui dit : « Comme tu joues bien ton rôle. Je suis en admiration devant le drame. »

Oui, je sais, cela ne fera probablement que les rendre encore plus furieux, mais permettez-vous de ressentir la paix intérieure qui dit : « Cela aussi passera », et cela passera.

Permettez-vous d’aller comme le Christ va, en prenant note de tous les drames, oui. Après tout, vous avez acheté votre billet pour voir ce drame. Vous avez dit : « Oui, je vais prendre forme humaine. Je serai sur la scène avec le reste de mes frères et sœurs, mais aussi je sais d’où je viens, et je connais la paix du Christ. »

Alors, quand vous êtes physiquement fatigué et aussi émotionnellement fatigué de tous les drames qui vous entourent, sachez qu’en vérité vous pouvez venir à moi et je vous donnerai de ma paix. Je vous fais cette offre. Quand vous êtes fatigués de tous les drames du monde, venez à moi et je vous donnerai ma paix.

Maintenant, mes bien-aimés, je vous ai donné le secret pour vivre une vie heureuse et harmonieuse. Vous pouvez le prendre pour ce qu’il vaut et vous pouvez vivre au sommet de l’émotion aussi longtemps que vous le voulez. Il n’y a pas de calendrier qui dit que le mardi après-midi à 15h45, vous devez en avoir fini avec tout le drame, bien que vous puissiez vouloir avancer et en avoir fini le dimanche après-midi, oui ou non. C’est votre choix.

Je vous ai observés. Vous êtes de grands acteurs sur la scène, dignes de grands applaudissements, parce que vous entrez en scène et dites : « Je sais. Je sais ce qui est juste. Je sais ce que Jeshua a dit. J’ai la réponse », et vous avez la réponse. En d’autres termes, jouez jusqu’à ce que vous soyez fatigué, et puis revenez à la maison.

C’est ce que les parents t’ont dit lorsque tu étais le petit qui allait jouer sur le terrain. Ils ont dit : « Joue jusqu’à ce que tu sois fatigué et que tu veuilles rentrer à la maison pour le dîner ». Et tu dis : « D’accord », et tu t’en vas. Tu joues avec tes camarades de jeu, puis à un moment donné, tu dis : « Oh, tu sais, je suis fatigué. Je pense que je vais rentrer à la maison et manger quelque chose. »

Vous pouvez faire de même avec ceux qui vous poussent un peu à bout. Vous pouvez faire de même ; jouez, rentrez à la maison ; rentrez chez moi, dans la paix qui dépasse toute compréhension. En vérité, l’esprit ne peut pas comprendre la paix qui est toujours prête pour vous. Elle est juste là, à chaque fois que vous voulez la trouver, à chaque fois que vous avez le courage de dire : « Je vais permettre au monde de se calmer pendant un moment et je vais venir à la paix qui existe depuis toujours. Je viendrai à cet endroit où je demeure dans le silence et l’amour. »

Maintenant, vous savez comment, lorsque vous êtes dans une grande émotion, vous mettez certaines énergies dans le corps ? Parfois, le corps fait mal et vous dites : « Oh, mon dos douloureux », parce que vous portez une lourde charge. Permettez-vous de vous arrêter et de déposer la charge. Comment faites-vous cela ? En prenant une profonde respiration ; c’est aussi simple que cela. Car lorsque vous respirez profondément, vous permettez à l’oxygène de la respiration de revitaliser toutes les cellules du corps et elles se disent : « Oh, nous pouvons continuer pendant un certain temps », et elles le font.

Permettez-vous de respirer profondément aussi souvent que vous pouvez vous en souvenir. Elle est là pour vous. Elle est autour de vous, toujours prête pour vous. Il suffit de le choisir. Cependant, je sais ce que c’est que d’être pris dans toute une énergie où l’on sent que l’on doit vivre sa vérité et qu’elle doit être celle de tout le monde.

Non, c’est quelque chose que j’ai trouvé. Votre vérité est peut-être quelque chose que vous voulez connaître au plus profond de votre être, alors vous vivrez des vies entières à la recherche de la vérité. La partie la plus merveilleuse de tout cela est que lorsque vous vous arrêtez et réalisez, la vérité de votre être est que vous l’avez eue pendant tout ce temps et que vous ne saviez pas ce que vous cherchiez vraiment. Respirez. Rentrez à la maison.

Je vous ai dit à maintes reprises que votre paix est aussi loin que la prochaine respiration profonde. Prenez cette profonde respiration. Prenez-la maintenant. Ah, cela permet à toutes les cellules du corps de devenir vraiment vivantes, au moins pour ce moment. Je sais que s’il y a le sentiment que, « Oh, bien, j’aime le drame », et la plupart des expressions humaines aiment le drame, c’est là que vous vous sentez vraiment vivant. « J’ai raison. Je suis vraiment vivant et je vais vous le dire. » Mais quand vous serez fatigués de ça, venez à moi avec une grande respiration.

Votre monde en ce moment est en train de trier beaucoup de décombres, beaucoup de « Est-ce que ça va m’apporter la paix ? ». Oh, peut-être pas ça. Je vais essayer ceci. Peut-être que ce sera bien. J’ai entendu cet orateur, et oh, il est tellement juste. Il ressent ce dont il parle, et je peux sentir l’énergie avec lui. Et quand il parle, je sais que ça doit être la vérité.

Mais comment vous sentez-vous ? Vous sentez-vous en paix ? Avez-vous l’impression d’être le Christ ? Ou vous sentez-vous énergisé pour continuer à chercher ? Et il n’y a pas de jugement dans tout cela. C’est vous qui décidez où vous voulez être, comment vous voulez être, combien de temps vous voulez être. C’est vous qui décidez. Et il n’y a pas de jugement, il n’y a pas à dire que l’un est meilleur que l’autre. Cela dépend de ce que vous voulez.

Beaucoup des petits qui arrivent maintenant veulent connaître la paix, veulent savoir : « Qu’y a-t-il d’autre que l’agitation du monde, que les drames du monde ? » Ils disent : « Nous avons été là, nous avons fait ça, et oui, ça a été bien pendant un moment. Il y avait cet élan d’énergie. »

Et ils peuvent s’en souvenir. Les petits qui arrivent maintenant peuvent se souvenir, tout comme vous, de leurs vies passées. Avant qu’ils ne s’installent dans une certaine forme de vie, ils peuvent vous dire où ils ont été, qui ils ont été, et ce qu’ils ont ressenti. Ils se souviennent. Ils savent. Même si vous êtes un peu plus en alignement avec votre corps, plus vieux, vous pouvez toujours vous souvenir de ce que vous ressentez et être excité par quelque chose. « Ah, cette nouvelle idée ! J’adore cette nouvelle idée. »

Ok, vous pouvez vivre dans cet espace énergétique et vous permettre de connaître l’Unité avec une idée peut-être, jusqu’à ce qu’une autre idée arrive et que vous disiez : « Oh, oui, j’aime cette idée. Je vais vivre avec cette idée. » Alors vous le faites. Vous êtes de merveilleux visualisateurs, de merveilleux acteurs et actrices qui font naître une réalité où vous pouvez vous sentir vraiment vivants. « Ah, je suis sur la scène et j’entends ces applaudissements, et oui, je les prends à cœur. »

Mais le jour suivant, où êtes-vous ? Permettez-vous de connaître la paix qui dépasse l’entendement du monde. Vous savez comment est le monde. Vous connaissez ce sentiment d’exaltation d’être pris dans quelque chose, et oh, c’est si bon ; au début. Mais vous connaissez aussi la paix qui vient avec une profonde respiration. Permettez-vous de respirer souvent et profondément.

Si vous engagez une conversation avec quelqu’un et qu’il se sent très énergique, suggérez-lui : « Et si on respirait ? »

« Quoi ? Je respire. Vous ne voyez pas que je respire ? » Je respire à pleins poumons ». « Oui, je le vois. »

Permettez-vous de considérer tout ce qui se passe comme un drame sur la scène et vous, bien-aimés, êtes assis au premier rang des sièges, et c’est mis en scène pour votre bénéfice. Et si vous voulez, c’est un choix libre d’y entrer et de connaître vraiment le drame. Mais si vous voulez juste vous asseoir là et applaudir, « Hé, vous vous débrouillez très bien avec votre rôle, et vous vous débrouillez très bien avec votre rôle. Ha, je peux avoir votre autographe ? Tu es vraiment au point sur ce que tu sais, peu importe ce que c’est. »

On a alors l’occasion de respirer. Permettez-vous de vous donner des notes maximales en tant qu’acteur/actrice que vous êtes et aussi en tant que pacificateur.

Votre monde est très fracturé en ce moment, comme vous le voyez. Vous demandez, vous criez à votre Père qui est aux cieux, vous criez à moi comment réparer cela, comment guérir ; comment guérir, comment rendre entier ce que vous voyez.

Il faut s’arrêter, respirer et sourire. Et certains se demanderont : « Pourquoi sourit-il/elle ? Comment peuvent-ils sourire alors que tout va si mal ? » Et pourtant, vous applaudissez l’acteur et l’actrice, et vous savez qu’à un moment donné, ils vont avoir fini de jouer. Ils doivent s’arrêter à un moment donné et respirer un peu, et quand ils le font, vous les applaudissez. « Hé, bien joué. Tu t’es vraiment investi dans ce rôle. C’était vraiment bien fait. »

Et ils diront, « Je ne jouais pas. Je l’ai vraiment ressenti. » Vous dites : « Oui, je sais. Je peux sentir que vous l’avez ressenti. J’aimerais avoir votre autographe. « À ce moment-là, vous avez la possibilité de guérir, et eux ont la possibilité de prendre du recul par rapport au drame.

Il se passe beaucoup de choses dans votre monde, mais en même temps, il existe un monde de paix et de guérison. Il existe un monde qui connaît la plénitude. C’est le monde de la respiration profonde et du sourire. Essayez cela la prochaine fois que quelqu’un vient vous voir avec quelque chose qu’il veut vraiment exprimer. Essayez le sourire et dites : « Oui, vous êtes entier, vous êtes guéri. »

Le monde vient – je fais des prophéties ; je ne prophétise pas quant au temps, car vous êtes tous de grands maîtres, et lorsque je dis une chose, vous en changez le temps – mais votre monde est en train de guérir. Tout ce qui se passe maintenant est comme un vieux tissu cicatriciel qui doit être guéri et laissé aller, et vous êtes ceux qui peuvent voir un peu plus loin et qui peuvent voir la totalité et le sourire. Il y a une guérison dans le sourire.

Souriez, mes bien-aimés. Oui, c’est la guérison. Ainsi soit-il.

– Jeshua ben Joseph (Jésus)

Traduit : https://messagescelestes.ca [/sc


POSER UN GESTE D'AMOUR
Une contribution volontaire
aide véritablement à maintenir ce site ouvert
et ainsi vous devenez un Gardien Passeurs en action.
CLIQUEZ ICI POUR CONTRIBUER
Merci

Texte partagé par les Chroniques d'Arcturius - Au service de la Nouvelle Terre